Critiques des films

Critiques et avis personnels sur les films québécois de fiction sortis en salles ou vus lors des festivals.

  • Critiques des films

    [Critique] Rafales: l’hiver a un beau rôle

    [Critique] Rafales: l’hiver a un beau rôle

    86 —   — Matthew Lewis

    Mots clés :

    Alors qu’il nous avait habitués à des récits destinés à un jeune auditoire, André Melançon se tourne vers le « thriller » de genre avec Rafales, un OVNI dans son univers cinématographique. Bien que ce polar offre une intrigue intéressante et crédible. Belles images hivernales.

    Lire la suite
  • François Arnaud dans le film Origami de Patrick Demers (Source: Festival Fantasia)

    [Critique] Origami: du pour et du contre

    162 —  Charles-Henri Ramond

    Avec Origami, Patrick Demers plonge dans l’univers tourmenté d’un jeune homme qui devra user de son habileté à briser la ligne du temps pour réparer une bourde monumentale aux conséquences dramatiques. Malgré ses ambitions et sa volonté évidente de diversifier le genre québécois, l’essai

    Lire la suite
  • Image extraite du film Radius de Caroline Labrèche et Steeve Léonard (Diego Klattenhoff dans le rôle de Liam) - Crédit Thomas Fricke

    [Critique] Radius : de belles promesses

    109 —  Matthew Lewis

    Avec Radius, Caroline Labrèche et Steeve Léonard nous plongent dans un thriller de science-fiction au style très classique qui ouvre la porte à de belles interprétations, sans toutefois parvenir entièrement à leur donner corps.

    Lire la suite
  • Sur le film Bon Cop Bad Cop 2 - Alain desrochers en tournage

    [Critique] Bon Cop Bad Cop 2 : trop lent, trop long

    1274 —  Charles-Henri Ramond

    Évalué en termes de respect des codes du cinéma d’action, Bon Cop Bad Cop 2 s’avère relativement réussi, par contre si l’on se concentre sur le récit et la progression narrative, la perception change du tout au tout.

    Lire la suite
  • Paul Doucet et Gabriel Sabourin dans C'est le coeur qui meurt en dernier d'Alexis Durand-Brault (crédit photo Bertrand Calmeau)

    [Critique] C’est le cœur qui meurt en dernier

    815 —  Charles-Henri Ramond

    Porté par l’interprétation de Denise Filiatrault et de Gabriel Sabourin, C’est le cœur qui meurt en dernier est un émouvant regard sur des rapports complexes qui unissent une mère et son fils. C’est à ce jour ce qu’Alexis Durand Brault nous a donné de plus abouti.

    Lire la suite
  • Photo des jeunes comédiens Hakeem (Nabil Rajo) et A-Mac (Jahmil French) dans une scène du film Boost de Darren Curtis

    [Critique] Boost : suspense bien alimenté

    193 —  Matthew Lewis

    Sans être uniquement un film coup de poing, Boost de Darren Curtis réussit à nous captiver par son intrigue nerveuse et sa toile de fond montréalaise. Nabil Rajo et Jahmil French se démarquent par la qualité de leur jeu.

    Lire la suite
  • [Critique] Tuktuq : grand dérangement

    319 —   —  Charles-Henri Ramond

    Robin Aubert dans Tuktuq (2016 - prod. Lynx Films)

    Un cinéaste en mission commandée par le gouvernement libéral. L’observation du peuple inuit. Une prise de conscience. Voilà trois temps forts qui marquent ces 95 minutes plongées dans l’immensité du Nunavik, au plus près d’une communauté qui a vu son mode de vie changer radicalement au cours

    Lire la suite
  • [Critique] Goon, le dernier des durs à cuire

    665 —   —  Matthew Lewis

    Image du comédien canadien Seann William Scott dans Goon le dernier des durs à cuire (2016, Jay Baruchel - Les Films séville)

    « Goon, dur à cuire », en prenant en considération que ce film attirait un auditoire bien précis, n’était pas mauvais en soit. Ceci dit, est-ce qu’une suite était vraiment nécessaire? N’avait-t-on pas tout dit? Apparemment, non.

    Lire la suite
  • [Critique] Iqaluit : le deuil et la rédemption

    416 —   —  Charles-Henri Ramond

    Image des comédiens Marie-José Croze et Natar Ungalaaq dans Iqaluit de Benoit Pilon

    Drame méditatif chargé de mystères, Iqaluit offre la rencontre de deux personnages atteints d’une profonde déstabilisation intérieure faisant écho à une région polaire superbement filmée. Si le drame est intense, sa résolution est un peu trop facile.

    Lire la suite
  • [Critique] Le cyclotron : contre-la-montre épique

    357 —   —  Charles-Henri Ramond

    Lucille Fluet et Mark-Anthony Krupa dans Le cyclotron (FunFilm Distribution)

    Dans cette épopée aussi introspective qu’universelle, l’emploi de références scientifiques et d’images d’archives donnent à ce portrait d’une époque plongée dans le chaos des allures de « thriller » épique. Voilà pour Asselin un quatrième long métrage qui confirme son statut fièrement

    Lire la suite
  • [Critique] Maudite poutine : matière brute

    263 —   —  Charles-Henri Ramond

    La rage de Jean-Simon Leduc dans Maudite Poutine (FunFilm Distribution)

    Fratrie solidaire, vengeance inassouvie, adultes désemparés. Maudite poutine s’appuie sur des thématiques chères au cinéma québécois pour proposer un genre de western post-apocalyptique avant-gardiste filmé dans un noir et blanc poisseux.

    Lire la suite
  • [Critique] Nelly : troublants visages

    1140 —   —  Charles-Henri Ramond

    La comédienne Mylène Mackay dans Nelly d'Anne Émond (Films Séville)

    On ne pourra pas reprocher à Anne Émond d’avoir osé s’écarter du droit chemin de la biographie filmée, mais la froideur de ce récit non linéaire nous empêche de nous abandonner pleinement.

    Lire la suite
  • [Critique] Mes nuits feront écho : d’une élégante beauté

    364 —   —  Charles-Henri Ramond

    Mes nuits feront écho - La ville trépidante (Photo ©Sophie Goyette)

    Produit avec peu de moyens, ce premier long métrage de Sophie Goyette est une ode à l’émerveillement et à l’introspection, une œuvre réflexive et profondément poétique qui intrigue non pas tant par ce qu’elle dit ou montre, mais bien par la résonance qu’elle provoque en nous.

    Lire la suite
  • [Critique] Déserts : voyage au bout de la vie

    366 —   —  Charles-Henri Ramond

    Image des comédiens Hubert Proulx, Victoria Diamond dans Déserts (Arpent Films, Les mains sales Films, 2016)

    La force du film réside dans sa capacité à intégrer l’inconnu aussi bien dans une trame narrative ténue et dans une mise en scène travaillée. Un premier long métrage indéniablement très prometteur.

    Lire la suite

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives