Fantasia 2017: copieux programme québécois

Fantasia annonçait ce matin des changements apportés à sa sélection québécoise. Des bonnes nouvelles qui raviront les amateurs de cinéma long et court québécois.

Image extraite du film Radius de Caroline Labrèche et Steeve Leonard (source: Dread Central)

Image extraite du film Radius de Caroline Labrèche et Steeve Leonard (source: Dread Central)

Fantasia annonçait ce matin une partie de sa sélection québécoise avec au programme deux bonnes nouvelles qui raviront les amateurs de cinéma long et court québécois. En effet, le traditionnel Fantastique week-end du cinéma québécois – qui fête ses dix ans cette année – est étendu à trois fins de semaines au lieu d’une seule comme par le passé.

Renommée Les Fantastiques week-ends, cette partie de la programmation s’étend maintenant sur toute la durée du festival Fantasia, soit les 14, 15 et 16 juillet, 21, 22 et 23 juillet et 28, 29 et 30 juillet. Il s’agit de leur plus « imposante » programmation depuis l’existence de cette appellation.

Dans la même veine, l’incontournable festival de l’été annonce un total de 15 longs métrages documentaires et de fiction produits ou coproduits au Québec, ce qui constitue un record à Fantasia. Plusieurs premières mondiales sont du lot, dont Radius, nouveau film de Caroline Labrèche et Steeve Léonard dont on avait beaucoup aimé il y a déjà sept ans la comédie déjantée Sans dessein. Dans ce film de science-fiction, un homme se rend compte que tout organisme vivant l’approchant à un rayon de 50 pieds meurt sur-le-champ.

Également présentés en première mondiale, Origami de Patrick Demers (Jaloux, 2011), qui met en scène un artiste visuel incarné par François Arnaud qui croit avoir la capacité de plier le temps et de changer le cours des choses ; ainsi que le bien nommé thriller Punk Fu Zombie, que l’on nous présente comme un « hommage au cinéma nanar dans lequel ninjas, punks et hommes-rats tentent de survivre dans un futur post-apocalyptique envahi par des zombies ».

Game of Death, la sensation québécoise de SXSW réalisée par Sébastien Landry et Laurence Baz Morais, aura droit à sa très attendue première canadienne. Dans cet autre film de potes, un groupe de jeunes découvre un sanglant jeu vidéo et se plient aux règles édictées, soit de devoir tuer pour survivre au jeu. On surveille de près.

Sera également présentée dans le cadre des Fantastiques week-ends, la websérie (T)erreur 404 de Sébastien Diaz qui sera projetée pour la première fois sous forme de long-métrage. Une centaine de courts métrages agrémenteront les 3 fins de semaines dédiées à la programmation québécoise.

Affiche américaine du film The Blue Man de George Mihalka (titre Eternal Evil)

Affiche américaine du film The Blue Man de George Mihalka (titre Eternal Evil)

Bien entendu, la très populaire section Genres du pays sera de retour encore une fois cette année avec quatre films de genre québécois méconnus ou rejetés, comme L’ange et la femme de Gilles Carle, un porno soft datant de 1977 qui met en vedette l’actrice et réalisatrice Carole Laure. On verra aussi The Blue Man un drame psychologique de Georges Mihalka tourné à Montréal en 1985 et dans lequel figure Karen Black en muse castratrice parfaitement démoniaque.

Une copie restaurée par Éléphant de Rafales sera aussi proposée au public ainsi qu’une copie 35mm du très rare Simon les nuages (1990), qui sera présenté en présence de Roger Cantin.

Enfin terminons ce tour d’horizon par la projection Éléphant de la comédie culte Karmina de Gabriel Pelletier le 24 juillet prochain.

Fantasia se déroule du 13 juillet au 2 août à l’Université Concordia, au Musée McCord, à la Cinémathèque québécoise et au cœur Quartier des spectacles à Montréal.

Bon festival !

Mots clés , ,

Contenus similaires

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives