7 fois (par jour) – Film de Denis Héroux

Septième long métrage de Denis Héroux, 7 fois… (par jour) est une lamentable comédie érotique coproduite avec Israël.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2009/01/7-fois-par-jour_affiche_italie.jpg
Jean Coutu et une groupie dans 7 fois par jour de Denis Héroux. La jeune femme embrasse le torse nu de l'homme, qui se mord les doigts de plaisir.

Jean Coutu (Adam Lafontaine) et une groupie dans 7 fois (par jour) de Denis Héroux (image extraite du film (capture VHS) – Collection filmsquebec.com – Reproduction interdite sans autorisation)

7 fois (par jour) est un comédie érotique réalisée par Denis Héroux. Coproduit avec Israël, cette insipide et vulgaire série Z est le septième film de Denis Héroux, qui venait donc d’enchaîner Valérie, L’initiation et L’amour humain en moins de trois ans. La seule chose à retenir de ce navet, c’est sa trame sonore composée par Jean Cousineau et comportant des chansons écrites par Marcel Lefebvre. Citons, entre autres, Les enfants du paradis, Sept fois par jour et Ram Da Doo Di Dah interprétées par Diane Dufresne avec la collaboration bassiste Jean-Guy Chapados.

Héroux n’est hélas pas le seul à avoir utilisé les subsides de l’état pour sortir des films indignes comme celui-ci. Avec le recul, on se demande bien ce qui a pu pousser les décideurs à « investir » dans ce genre de productions, même en considérant la volonté du gouvernement d’établir une industrie cinématographique en sol canadien.

J’ai un problème… vous avez vu comment ça se passe… je fais l’amour comme une machine! – Adam Lafontaine

Jean Coutu (Adam Lafontaine) et Rosanna Schiaffino (Éva) dans 7 fois (par jour) de Denis Héroux. Les deux amoureux croquent la pomme dans le paradis terrestre.

Jean Coutu (Adam Lafontaine) et Rosanna Schiaffino (Éva) dans 7 fois (par jour) de Denis Héroux (image extraite du film (capture VHS) – Collection filmsquebec.com – Reproduction interdite sans autorisation)

Critiques d’époque

Avec ce film, Héroux est parvenu à donner à ses obsessions l’emballage qu’il recherchait depuis longtemps. La photographie de René Verzier, le scénario de Ted Allan « adapté » par une équipe de gagmen, l’excellence des comédiennes autour d’un Jean Coutu, bedonnant dans les scènes de lit, mais à l’aise dans les autres: tous lés éléments sont réunis pour une bonne comédie à l’italienne centrée sur le sexe. Mais Héroux en met trop. Ses personnages ont été vidés de leur possibilité de s’exprimer au profit d’un décor toujours trop envahissant, d’une image trop belle, de farces à l’usage des copains qui finissent par transformer la comédie en une mécanique grinçante. (Luc Perreault dans La Presse, 8 octobre 1971, p. B8)


Dans 7 fois par jour, Héroux situe ses corps en Israel, ce qui lui permet d’exploiter avec un oeil de touriste capitaliste en mal de cartes postales le décor pourtant si enchanteur du pays. Des belles, belles images, bien léchées, assaisonnées d’un pittoresque de quatre sous, la recette est tellement bien connue qu’elle répugne. (Richard Gay, Cinéma Québec, novembre 1971, p.28)

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives