Appât, L’ – Film de Yves Simoneau

Produit à la vitesse de l’éclair par Yves Simoneau et autres, L’appât s’avère n’être qu’une comédie poussive et proche du ridicule à ranger dans les pépites du pire du cinéma québécois.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2010/11/appat.jpg
Image des comiques Rachid Badouri et Guy A. Lepage dans "L'APPÂT" de Guy Simoneau

Image extraite de la comédie policière l’appât de Guy Simoneau : Rachid Badouri et Guy A. Lepage (crédit : Véro Boncompagni)

Dans les cartons depuis plusieurs années, la comédie policière L’appât marque le grand retour du réalisateur Yves Simoneau à la tête d’une production québécoise francophone, depuis la fin des années 80 (Dans le ventre du dragon).

Après les récents succès des comédies policières Bon cop Bad cop et De père en flic, voici donc une autre mouture d’un schéma cinématographique rôdé qui a déjà prouvé son efficacité ici et ailleurs. Le couple dépareillé qui parvient à renverser des montagnes malgré les pires difficultés et/ou leur incroyable stupidité (cf. L’arme fatale, Deux flics à Miami, j’en passe et des meilleurs…). À l’instar des précités, le film de Simoneau est donc rempli de rebondissements qui se succèdent à un rythme effréné, des “jokes” faciles et des “one-liners” comiques venant ponctuer l’action. On y retrouve également un infime soupçon de réflexion sur notre société (l’amitié, le respect de la différence).

À noter que si L’appât a eu une gestation assez longue (on en parlait déjà dans la presse il y a deux ans), le film est passé à travers son cycle de production avec une rapidité étonnante. Accord de financement de la SODEC reçu en avril, tournage terminé en septembre, bande annonce diffusée immédiatement après et sortie en salles juste avant Noël (à la place de Funkytown qui a été repoussé de quelques mois, pour ne pas faire de concurrence). «Le temps des Fêtes est une des grandes périodes de cinéma ; on ne pouvait pas passer à côté de cela, et ce, même si ça mettait de la pression sur la production» dixit Patrick Roy, le distributeur du film [1]. Un créneau idéal pour faire de L’appât le carton hivernal.

Aucun festival, même de films d’humour, n’a montré le film, toutefois on apprenait en octobre 2012 que L’appât sortirait sur plusieurs centaines d’écrans en Chine. L’histoire ne dit pas quelle fut sa carrière commerciale là-bas.

Image de la comédienne Ayisha Isaa dans "L'APPÂT" de Guy Simoneau

Image extraite de la comédie policière l’appât de Guy Simoneau : Ayisha Isaa (crédit : Véro Boncompagni)

Mot du réalisateur

Il y a des choses qui me faisaient rire quand j’étais enfant et qui me font rire encore aujourd’hui. Elles me feront probablement rire jusqu’à mon dernier souffle. Comme si quelque part à l’intérieur, l’enfant était toujours là, ne vieillissant pas. Il ricane toujours en regardant Chaplin, Tati, Sellers et les autres.

L’idée de faire une comédie – en français, au Québec – s’est donc imposée tout naturellement. Et le hasard faisant parfois bien les choses, la rencontre avec Guy A. et William a cristallisé cette idée. Rachid s’est ajouté plus tard à l’équation, mais son arrivée n’en fut pas moins déterminante. Avec un tandem d’acteurs aussi créatifs, il ne manquait plus qu’une intrigue bien ficelée pour faire décoller le projet.

C’est ainsi qu’est né L’Appât.

De multiples versions du scénario ont été nécessaires pour trouver le ton juste de ce film. C’est bien d’une comédie policière qu’il s’agit ici, mais elle se déroule dans un univers légèrement décalé. Aux acteurs, je donnais comme exemple: « Si ce fauteuil représentait la réalité, ton personnage serait assis juste à côté. On voit bien le fauteuil, il est proche de nous, mais ton personnage ne s’y installe jamais ». C’est finalement grâce aux sessions intensives de répétitions qu’on a pu définir qui étaient vraiment Poirier et Ventura. À chaque session, on assistait à un petit miracle: la naissance d’une amitié improbable entre ces deux là. Dans la vie comme à l’écran…

Aujourd’hui, même après une production aussi courte, aussi intense et remplie de défis, et même après l’avoir vu et revu cent fois, L’Appât me fait encore rire. Et je me laisse prendre à imaginer d’autres aventures plus rocambolesques les unes que les autres pour nos deux compères.

Extrait du dossier de presse

Image du présentateur télé Guy A. Lepage dans "L'APPÂT" de Guy Simoneau

Image extraite de la comédie policière L’appât de Guy Simoneau : Guy A. Lepage (crédit : Véro Boncompagni)

Référence : [1] Entretien avec Michelle Coudé-Lord (JDM, 30 septembre 2010).

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives