Deux jours et demi – Film de Pablo Diconca

Deux jours et demi de Pablo Diconca, est l’hommage touchant d’un père envers son fils qu’il ne voit quʼune fin de semaine sur deux.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2013/02/two-days-and-a-half.jpg

Lien YouTube : http://youtu.be/watch?v=jddMNq1Y68s

Deux jours et demi est un docufiction réalisé par l’artiste multidisciplinaire québécois d’origine uruguayenne Pablo Diconca.

Production indépendante à modeste budget, Deux jours et demi (Dos dias y medio, Two Days And A Half) est une fiction proche du documentaire, dans laquelle se mélange l’onirisme et le drame familial. Diconca s’est inspiré de sa propre histoire pour mettre en images cet étonnant et émouvant hommage à son fils, Léon dont il a la garde partagée.

Après une présentation remarquée lors du FNC 2012, le film a été projeté aux Rendez-vous du cinéma québécois et au Festival des Films pour Enfants de Montréal en mars 2013. Le film est sorti en salles à l’Excentris, le 17 mai 2013, pour trois jours seulement.

Pablo Diconca et son fils Léon dans le film Deux jours et demi

Pablo Diconca et son fils Léon dans le film Deux jours et demi

Entretien avec Pablo Diconca

Ce film de fiction est-il un tournant dans votre carrière?

La danse est l’un de mes premiers amours. Jusqu’ici, je me suis davantage tourné vers la vidéodanse. Deux jours et demi est mon premier long métrage de fiction, j’ai ressenti l’urgence de l’écrire, c’était une nécessité.

Quelles sont vos sources d’inspiration?

Je retrouve dans la réalisation l’harmonie de la chorégraphie, dans la façon de mettre les corps et les objets dans l’espace. Mon cinéma se veut humaniste, je cherche à capter les choses précieuses de la vie ordinaire. Deux jours et demi est une oeuvre personnelle mais qui peut toucher chacun de nous.

Deux jours et demi raconte votre histoire. Votre fils et vous jouez vos propres rôles. Avez-vous cherché à repousser les limites entre fiction et documentaire?

Mon parti pris est le naturel. Beaucoup pensent qu’il s’agit d’un documentaire. En réalité, chaque scène a été répétée et chaque mot choisi avec le plus grand soin. J’ai recréé au plus près l’univers que je partage au quotidien avec mon fils Léon.
Le film dégage une tendresse rarement filmée dans la relation père-fils. J’ai conçu ce film comme un cadeau pour mon fils. Il a été un enfant de l’amour, c’est le sens des vidéos d’archives en ouverture du film. Je ne voulais pas d’amertume ou de revanche sur le divorce, juste montrer la difficulté de la situation, la lumière des instants partagés et l’obscurité de la solitude.

Deux jours et demi est une façon de dénoncer le statut des pères divorcés ?

Deux jours et demi toutes les deux semaines, c’est le temps que la justice m’avait accordé avec mon fils. Pendant quatre ans, j’ai vécu un enfer personnel. La société et la justice considèrent encore le couple selon des archétypes dépassés. De nos jours, le père et la mère effectuent les mêmes tâches et remplissent les mêmes rôles.

Source de l’entrevue: dossier de presse

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives