Forbidden Room, The – Film de Guy Maddin et Evan Johnson

Coproduit par le Québec et le Manitoba, The Forbidden Room de Guy Maddin et Evan Johnson est une oeuvre unique, sorte d’hommage au cinéma des années folles qui a été tourné à Paris et Montréal, en studio et devant public.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2015/10/forbidden-room.jpg

Lien YouTube : http://youtu.be/watch?v=QtGPw2lHddY

The Forbidden Room (La chambre interdite en version française) est un conte fantastique réalisé par Guy Maddin et Evan Johnson qui découle d’une initiative mêlant installation, tournage en prise direct et expérience interactive, retrace l’apparition inexplicable d’un mystérieux coureur des bois à bord d’un sous-marin coincé sous l’eau depuis des mois avec sa cargaison explosive. L’équipage terrifié, forcé d’arpenter les couloirs du vaisseau condamné se lancera alors dans un voyage jusqu’à la source de leurs plus funestes craintes.

Guy Maddin (My Winnipeg, Keyhole) et Evan Johnson, dont c’est le premier long-métrage, proposent avec cette œuvre fantasmatique une nouvelle approche cinématographique comprenant des séquences tournées en présence du public au Centre Phi à Montréal et au Centre Pompidou à Paris. À ce propos, le cinéaste précise que chaque journée de tournage commençait par une mise en transe, véritable séance de spiritisme invoquant l’esprit des films disparus au cours de l’histoire. Il ajoute en parlant de ses comédiens: Ces superstars ont accepté de se laisser posséder par les esprits, les fantômes des films perdus, d’effrayants spectres qui les ont obligés à jouer des scénarios longtemps oubliés pendant que je m’activais autour d’eux avec ma caméra, pour garder une trace de leur performance sous transe. A un certain point, j’ai réalisé que j’étais le photographe d’esprits le plus fou de l’histoire du spiritisme.

Présenté dans plus d’une cinquantaine de festivals depuis le début de son parcours international à Sundance en janvier 2015, The Forbidden Room a remporté le prix spécial du jury à Las Palmas, ainsi que le Bildrausch Ring of Film Art en Suisse.

Mot du réalisateur

« La plupart des réalisateurs ayant participé aux cinquante premières années de l’histoire du cinéma – Hitchcock, Lang, Murnau, Ford, Weber, Borzage, Guy-Blaché, et bien d’autres – ont au moins une fois perdu un de leurs films, l’abandonnant aux caprices du destin. Le plus souvent, la société de production qui a financé les images détruit simplement les bandes après un certain temps, afin de vider les étagères pour y accueillir de nouveaux films ; très souvent d’ailleurs l’équipe brûlait le stock de nitrate dans un spectaculaire feu de joie lors de pique-niques champêtres. Autrement, soumis à des conditions de stockage inappropriées – haute température, humidité trop élevée – qui favorisent la réaction chimique transformant le celluloïd en vinaigre, les films se sont auto-détruits.

Ceci étant, une grande partie est simplement perdue de vue, rangée au mauvais endroit par un projectionniste, égarée au cours d’un envoi, ou même abandonnée par une des victimes dépressives et alcooliques de l’industrie du cinéma. On estime que 80 % des films réalisés dans l’ombre se perdent à jamais. Quelles qu’en soient les raisons, ils disparaissent pour de bon. J’aime imaginer ces pellicules perdues comme des films qui n’auraient pas trouvé leur dernière demeure. Éclairés ainsi, les disparus apparaissent comme des fantômes. Il est facile de rapprocher ces travaux perdus, dont les seules traces restantes sont quelques photos de tournage ou autres critiques dans Variety, à des esprits errants qui resteraient nous hanter. Le paysage de l’histoire du cinéma est habité par leur présence, tourmenté par la promesse de leur retour, jusqu’à ce que la douce lumière qui en émane soit restaurée comme par miracle. Ces films sont comme des corps, disparus sans laisser de cadavre, privant leur famille de toute possibilité de deuil. Aussi longtemps que l’incertitude de leur mort planera, leur possible retour à la surface continuera de nous hanter. Ces films perdus sont les « revenants » que j’espère invoquer au cours des Séances. »

Extrait du dossier de presse

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives