Là où Atilla passe… – Film d’Onur Karaman

Second long métrage d’Onur Karaman, Là où Atilla passe est un drame dans lequel un jeune turc est à la recherche de soi et de ses racines.

Lien YouTube : http://youtu.be/watch?v=5B1UuKUw2Hw

Centré sur la recherche de soi et de ses racines, Là où Atilla passe… est le second long métrage d’Onur Karaman après La ferme des humains en 2012. Le film relate l’histoire d’un jeune turc qui renoue avec ses racines alors qu’il tombe amoureux d’une jeune étudiante turque de passage.

Délaissées par le cinéma commercial québécois, les communautés culturelles font timidement leur apparition dans le corpus indépendant. Si l’on fait exclusion de L’ange de goudron de Denis Chouinard qui date de 2001 ce n’est que depuis peu que de jeunes cinéastes s’attaquent à dépeindre les histoires et les préoccupations de ces minorités. Ivan Grbovic avec Roméo Onze (2011) ou Bachir Bensaddek avec Montréal la blanche (2016), s’ajoutent à Onur Karaman, lui-même turc d’origine arrivé au Québec à l’âge de huit ans, pour évoquer l’univers imaginaire de leurs racines allophones.

Là où Atilla passe… a été présenté en première mondiale lors du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue en novembre 2015.

Mot du réalisateur

Avec ce film, je désire explorer le thème de la solitude, de l’isolement. Attila, pour qui la rupture avec sa famille et son pays d’origine à un jeune âge a provoqué un sentiment d’aliénation qui l’habite au quotidien. Julie, qui vit un débordement d’émotions contradictoires depuis sa fausse couche et l’adoption d’Attila, et Michel qui n’a jamais fait ses propres choix et se retrouve seul lorsque Julie l’abandonne. Tous, à un moment donné ou l’autre, avons vécu ce sentiment d’isolement, de dissociation, parfois de façon passagère, mais aussi souvent, comme un état qui nous habite de façon permanente et qui fluctue au gré des circonstances de la vie. C’est cet état là que j’essaie de saisir et de transmettre à travers le film. Ma démarche vise à nous réconcilier avec les ruptures que nous avons vécues et que nous serons appelés à vivre, puisque la vie, avec ses caprices, demeure bien imprévisible.

Image des comédiens Émile Schneider et Roy Dupuis dans Là où Atilla passe (2015, Onur Karaman - K-films Amérique)

Émile Schneider et Roy Dupuis dans Là où Atilla passe (2015, Onur Karaman – K-films Amérique)

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives