Pablo qui court – Film de Bernard Bergeron

Présenté en compétition officielle au Festival des films du monde de 1991, Pablo qui court est le premier – et seul – long métrage de Bernard Bergeron.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2018/03/pablo-court_VHS_filmsquebecdotcom.jpg
Jean-Francois Pichette (Pablo) dans Pablo qui court de Richard Bergeron (image extraite du film (capture VHS) - Il dérobe l'argent de son amante)

Jean-Francois Pichette (Pablo) dans Pablo qui court de Richard Bergeron (image extraite du film (capture VHS) – Collection filmsquebec.com – Reproduction interdite sans autorisation)

Pablo qui court est un drame québécois écrit et réalisé par Bernard Bergeron qui fut distribué à Montréal en 1991, juste après sa présentation en compétition au Festival des films du monde. Sorte de conte de la moderne-solitude, le film relate la rencontre d’un jeune voleur compulsif avec une accordéoniste… qu’il déleste de ses maigres économies après avoir conquis son coeur. La volée de bois vert reçue de la part de la critique et à peine 450 spectateurs en salle mirent fin aux espoirs du film et de son cinéaste, un nouveau venu quasiment inconnu dans le milieu.

« Malgré certaines maladresses, Pablo qui court est un film vrai, fait avec mes tripes. On m’a peut-être fait un cadeau empoisonné en le présentant en compétition. Je savais que c’était audacieux… mais j’aime prendre des risques. Comme j’en ai pris dans la réalisation de ce film, conçu un peu comme une mosaïque. Mes personnages se révèlent par ce qu’ils font, non par ce qu’ils disent. Et ce n’est pas en suivant les traces des autres qu’on fait avancer les choses » (Bernard Bergeron, Le Soleil, jeudi 5 septembre 1991, page C1)

On note la présence au générique de techniciens prestigieux tels que Jean-Marc Vallée au montage et André Turpin à la photographie.

Une édition VHS de Pablo qui court a vu le jour, mais évidemment aucune version DVD. Le film est donc porté disparu, probablement à tout jamais.

Louise Laprade (l'accordéoniste) dans Pablo qui court de Richard Bergeron (image extraite du film (capture VHS) - Sur la photo, elle se tient le long d'un mur blanc avec son accordéon sur les genoux)

Louise Laprade dans Pablo qui court de Richard Bergeron (image extraite du film (capture VHS) – Collection filmsquebec.com – Reproduction interdite sans autorisation)

Critiques d’époque

Le film a des qualités. Des petits trucs intéressants au montage, des cadrages, des lumières. Une écriture moderne, assez voisine du clip et de la pub. Mais ce n’est pas suffisant. Il faut savoir donner vie aux personnages, créer un climat. Or ce film de colère, ce film de passion est incroyablement froid. (Serge Dussault, La Presse, 28 août 1991, page B4)


Dès les premières séquences, on remarque la beauté des images, les mouvements de la caméra annonçant peut-être un souffle nouveau. On note aussi le travail sur la bande sonore aux accents de jazz. Et puis, l’intérêt presque obsessionnel du réalisateur pour les visages serrés en gros plans et les corps mouvants. Après, plus rien. Jusqu’à la fin, on a attendu que se dégage un sens à ce « ballet ». Rappelons que le film est présenté comme une fiction, mais il n’y a pas d’histoire. (Léonce Gaudreault, Le Soleil, 28 août 1991, page B9)

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives