Pour l’amour de Thomas – Film de Claude Gagnon

Réalisé pour la télévision en 1994, Pour l’amour de Thomas est un drame co-produit et co-scénarisé par Claude Gagnon qui met en vedette Marie Tifo, Claude Gauthier et Brigitte Fossey.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2009/02/pour-lamour-de-thomas_VHS.jpg

Pour l’amour de Thomas est un drame coproduit, co-scénarisé et réalisé pour la télévision française par Claude Gagnon en 1994. Diffusé par la première chaîne française, le film relate le derniers jours d’un jeune séropositif qui quitte la France pour s’installer à l’Île Verte au Québec, où il est accueilli comme un fils par une femme qui le traite comme son propre enfant.

Doté d’une charge mélodramatique soutenue et d’une tension palpable, le film dresse les portraits opposés de deux femmes, deux mères, différemment fragilisées par l’absence d’un fils mort en bas âge ou la peur de perdre celui qui leur reste. La maladie (le SIDA) est mise à l’écart durant une grande partie du film, ne laissant à Gagnon que quelques moments de réflexion lors de scènes dialoguées initiales, abordant, sans insister, le choix pour un patient de vivre ses derniers instant sereinement et, ultimement, de mourir dans la dignité.

À notre connaissance, en dehors d’une projection aux 13e Rendez-vous du cinéma québécois en février 1995, Pour l’amour de Thomas n’a jamais eu de distribution commerciale au Québec ou en France ni de présentation sur grand écran.

Dans un article de Francine Gimaldi (La Presse, 15 juin 1994), Claude Gagnon relate les débuts du projets: « Quand les Français m’ont parlé du scénario : un grand hémophile qui en a ras-le-bol de passer sa vie d’hôpital en hôpital refuse net de suivre le traitement AZT. Il quitte tout, sans même prévenir sa mère… Alors en tant que coproducteur, réalisateur et co-scénariste, j’ai suggéré aux français d’isoler le jeune homme dans une île, là où il serait né. Captif dans le sens aussi qu’on y est à la merci des marées. Ça leur a plu. Pour les téléphages français l’Île Verte paraîtra très exotique. »

Au départ, ce téléfilm s’appelait Île Verte.

Image tirée de la jaquette VHS de Pour l'amour de Thomas (©filmsquebec.com)

Image tirée de la jaquette VHS de Pour l’amour de Thomas (©filmsquebec.com)

Critiques d’époque

… Comme si pour intéresser le public, et capter son attention, il fallait maintenir la cadence d’un drame toutes les dix minutes. L’interprétation pourtant fine des comédiens ne sauve pas cette grosse machine de la catastrophe. Le sida n’est plus qu’un élément dramatique parmi d’autres, choisi parce qu’il est d’actualité. Et le pseudo-obectif du réalisateur, « parler différemment de la maladie, de la mort », est noyé dans ce décorum. (- Sylvie Briet, Libération, février 1995)

Une fois admis un aspect difficilement crédible du scénario, on est pris par la relation qui se développe entre les personnages. Par le tragique du destin qui s’est abattu sur eux, la violence de l’amour maternel qui emporte tout comme une lame de fond. Deux superbes comédiennes dans un registre différent, Marie Tifo et Brigitte Fossey, et dans le rôle du fils qu’on s’arrache, le sensible Matthieu Rozé. (- Nadine Bucharles, Télé 7 Jours)

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives