Rats and rabbits – Film de Lewis Furey

Réalisé par Lewis Furey, Rats and rabbits est une bizarrerie artistique totalement ratée qui fut laminée par la critique. Il s’agit à ce jour de la dernière fiction réalisée par Furey.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2013/05/rats-rabbits.jpg
Carole Laure dans Rats and Rabbits de Lewis Furey

Carole Laure dans Rats and Rabbits de Lewis Furey (©Remstar)

Rats and Rabbits (Des rats et des lapins dans la version française) est un drame policier réalisé en 1999 par le compositeur et metteur en scène Lewis Furey. Il s’agit de son troisième long métrage de fiction après Night Magic (1984) et Shadow Dancing (1988).

Filmé en mettant en avant une esthétique parfaitement trash, cet indigne objet de cinéma élabore tant bien que mal sur les péripéties de plusieurs personnages soupçonnés de meurtre, après que le maire d’une grande ville nord-américaine ait été assassiné.

assassiné par la critique, vu par moins de 400 personnes, Rats and Rabbits est aussi l’un des rares longs métrages de fiction québécois à s’être vu attribuer la note de 7 (« Minable ») par Médiafilm, l’organisme officiel de notation des films au Québec.

Extrait du film Rats and Rabbits de Lewis Furey

Extrait du film Rats and Rabbits de Lewis Furey (©Remstar)

Mot du réalisateur

Après avoir travaillé pendant plusieurs années sur des spectacles musicaux et des clips vidéos, j’ai voulu passer à autre chose, faire un film pour et avec des acteurs, pour le plaisir de travailler sur ce texte de George Walker. J’étais attiré par l’humour noir, voyant là une bonne manière de traiter un désarroi ambiant que je ressentais. Ces personnages frisent l’hystérie et s’agitent comme les personnages d’un « comics », mais ils n’en cherchent pas moins leur « absolu » dans un monde clos.

Extrait du dossier de presse

Critique d’époque

On peut penser à un vidéo déglingué (dû au collage techno « speedé » orchestré par Carole Laure, également coproductrice de cette chose). À moins que ce ne soit à une bande dessinée hyper-réaliste, entre trash et cochon? Mais que jamais on ne nous fasse croire que ce film est une « fable philosophique à propos d’un désespoir existentiel », comme le souligne le dossier de presse. Caméra épileptique qui ne garde pas un plan plus de 5 secondes, mise en scène débile et jeu insipide font de Rats and Rabbits, entre mille autres choses, un des plus mauvais films de l’année. (- Juliette Ruer, Voir)

Dans un cadre comme FantAsia, certains pourraient peut-être trouver du génie à cet exercice de style gore, sexe et sang qui demeure, à notre avis, imbuvable. Les acteurs jouent tous faux (à commencer par Carole Laure), faute, semble-t-il, d’une direction digne de ce nom. À moins que tel ait été l’intention du réalisateur ? On ose seulement l’espérer. (- Marc Cassivi, La Presse, 21 octobre 2000, p. C6)

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives