Starbuck – Film de Ken Scott

Après Les Doigts croches, un premier essai plaisant, Ken scott revient avec une comédie qui pourrait bien faire du bruit.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2013/01/starbuck_affiche_finale.jpg

-01-01

Lien YouTube : http://youtu.be/watch?v=Z2MD0qJkWzU

Starbuck est le second long métrage réalisé par Ken Scott après la comédie Les doigts croches. Dans cette comédie absurde, un homme dans la quarantaine se voit affublé d’une progéniture de plus de 500 enfants, après avoir donné son sperme pour gagner sa vie.

À propos de l’oringine du film, Ken Scott précise: C’est Martin Petit qui a eu l’idée d’un homme qui se retrouverait père d’une quantité hallucinante d’enfants grâce à ses dons de sperme. Rapidement, on s’est rendu compte que c’était un formidable point de départ pour faire une comédie autour de la paternité, d’autant plus Martin et moi avons nous-mêmes plusieurs enfants. On avait l’impression que les pères cherchent à occuper une fonction de plus en plus importante au sein de la famille depuis quelques années. Cela nous semblait donc intéressant de travailler sur une thématique qui a évolué dans notre société. Et on a choisi le registre de la comédie car on a constaté que la paternité ressemble à une farce parfois drôle, parfois émouvante, parfois éprouvante aussi… [1]

Tantôt drôle, tantôt touchant, Starbuck fut au Québec l’une des comédies les plus populaires de ces dernières années et obtint également plusieurs récompenses à l’international, fait rare pour une comédie québécoise.

Sorti en France, où le film remporta le Prix Spécial du Jury ainsi que le Prix d’interprétation Masculine 15e Festival international du film de comédie de l’Alpe d’Huez, les déboires de l’improbable papa atteignirent le très beau résultat de 400 000 spectateurs.

Derrière l’incongruité de l’histoire, ce sont les relations familiale et plus particulièrement le duo parent-enfant que Scott et Petit ont souhaité mettre en avant. Dans une entrevue à Chantal Guy [2], Ken Scott déclarait: Quand on raconte la prémisse, la première réaction est le rire. Mais en même temps, il s’agit d’interroger la paternité. Si c’était l’inverse – si c’était possible -, on rirait moins qu’une femme puisse avoir 533 enfants. Cela nous permet de parler de la paternité d’un point de vue très moderne. Les cliniques de fertilité sont une problématique tout à fait réelle, c’est un peu le Far West là-dedans, et il y a de véritables questions éthiques à se poser.

Référence : [1]: Dossier de presse français - [2]: L'hyper-paternité selon Ken Scott, Chantal Guy, 23 octobre 2010

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives