Une histoire inventée – Film d’André Forcier

Amours troublés, théâtre classique et trompette jazz jouent à l’unisson dans Une histoire inventée, comédie romantique loufoque réalisée par Forcier présentée au FFM en 1990 et à Cannes l’année suivante.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2009/06/une-histoire-inventee_FR.jpg
Image extraite du film : Jean Lapointe et Charlotte Laurier dans Une histoire inventée d'André Forcier

Jean Lapointe et Charlotte Laurier dans Une histoire inventée d’André Forcier

Une histoire inventée est une tragicomédie québécoise réalisée en 1990 par André Forcier. Il s’agit de sa neuvième réalisation en carrière.

Comme tous les films de Forcier, le poétique et l’absurde se côtoient dans Une histoire inventée, une comédien sentimentale loufoque entre une femme nommée Desruisseaux, qui malgré ses quarante amants, n’en désire qu’un seul : Gaston le trompettiste. Mais celui-ci n’a d’yeux que pour sa fille Soledad, jeune comédienne délaissée par son soupirant. Le petit monde aimablement bancal des cabarets sert de toile de fond au drame Shakespearien qui se déroule et qui met à mal le traditionnel triangle amoureux… et laisse place à une conclusion en forme de joyeuse bouffonnade, comme seul Forcier est capable d’en concocter.

Présenté en première au Festival des films du monde, Une histoire inventée remporta le prix du public ainsi que le prix du meilleur film canadien. Quelques jours avant sa présentation, André Forcier racontait à Luc Perreault :

« Pour être bien honnête le choix d’Othello est arrivé sur le tard. La jalousie existait dans l’histoire mais la pièce est venue par la bande à cause de Soledad (la fille de Florence) et de Tony (le metteur en scène). C’est sûr qu’on a cherché une pièce qui pourrait s’agencer avec le scenario mais si on a choisi Shakespeare, c’est surtout pour ne pas avoir a payer de droits d’auteur… »

Le thème, comme dans son film précédent, reste la quête de l’amour. « C’était très appuyé dans Kalamazoo, note Forcier. Cette fois, ce l’est moins. Dans Kalamazoo, Cotnoir ne disait que des phrases essentielles. C’était un film de propos. » Est-il satisfait de son film ? « Moyennement », dit-il pensif. Puis il se reprend: « Je suis content de ce film-là. Je suis
presque relaxe. On aime bien le rythme. » [1]

Image de Jean Lapointe dans Une histoire inventée d'André Forcier

Jean Lapointe dans Une histoire inventée d’André Forcier

Le film eut une longue carrière sur les grands écrans du pays et constitue l’un des plus importants succès d’André Forcier auprès du public québécois, avec plus de 95 000 entrées en salles. Étonnamment, ce n’est qu’en février 2012 qu’il fut édité en DVD.

Le film fut présenté à la quinzaine des réalisateurs de Cannes en 1991 et eut droit à une sortie en France dans l’Hexagone quelques jours après sa projection. Les spectateurs recevaient avant la projection un livret de 12 pages contenant un glossaire des québécismes utilisés dans le film !

Référence : [1] : La Presse, édition du 25 août 1990, pages D17 et D18

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives