Whispering City – Film de Fedor Ozep

Tourné à Québec en même temps que sa version française, Whispering City est un polar raffiné réalisé par le cinéaste russe Fedor Ozep.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2009/01/whispering-city.jpg
Paul Lukas et Helmut Dantine dans Whispering City de Fedor Ozep - (Capture VOD - ©filmsquebec.com)

Paul Lukas et Helmut Dantine dans Whispering City de Fedor Ozep – (Capture VOD – ©filmsquebec.com)

Whispering City est un drame policier réalisé en 1946 par le célèbre cinéaste d’origine russe Fedor Ozep (1895-1949), pour qui ce fut le dernier film. Il s’agit de la version anglaise du film La forteresse. Ce film diffère de la version française par ses premiers rôles, tenus par des américains et non des québécois, ainsi que par un montage raccourci de huit minutes.

Produit avec un budget pharaonique pour l’époque, et qui restera presque trente ans inégalé, Whispering City n’eut pas le succès escompté auprès du public états-unien. Le film est aussi connu sous le titre Crime City, nom attribué lors de sa seconde sortie américaine en 1952.

Mary Anderson et Helmut Dantine dans Whispering City de Fedor Ozep - (Capture VOD - ©filmsquebec.com)

Mary Anderson et Helmut Dantine dans Whispering City de Fedor Ozep – (Capture VOD – ©filmsquebec.com)

Bien que le scénario soit en tout point similaire à la version française, Whispering City se démarque de La forteresse par un montage raccourci de 8 minutes, essentiellement lors de la scène d’introduction, lorsque le cocher raconte à ses clients le terrible secret. Dans la version française, la scène dure plus de trois minutes, alors que la version anglaise la résume en moins de deux minutes. Ainsi expédié, le prologue de Whispering City n’installe que très peu l’histoire dans l’action.

Whispering City de Fedor Ozep (scène finale, le filc tue Albert) - (Capture VOD - ©filmsquebec.com)

Whispering City de Fedor Ozep (scène finale, le filc tue Albert) – (Capture VOD – ©filmsquebec.com)

Outre cette différence de montage, les deux films se distinguent par une interprétation ayant une tonalité propre. Ainsi, en version anglaise, le personnage d’Albert (le méchant), est incarné par le grand comédien hongrois Paul Lukas (Berlin Express de Jacques Tourneur), aguerri aux rôles de salauds, qui donne au film une vraie plus-value sur la version française, dans laquelle son pendant, incarné par Jacques Auger, semble un peu trop raffiné pour le rôle. Mary Anderson (Gone With The Wind, Lifeboat d’Alfred Hitchcok, The Song Of Bernadette d’Henry King) incarne la jeune journaliste sans peur et sans reproches. Elle est plus mutine et plus enfantine que son homologue interprétée par Nicole Germain, mais ne possède toutefois ni la profondeur ni surtout l’humour piquant de la comédienne québécoise.

Affiche américaine du film Whispering City - Renommé Crime City en 1952

Affiche américaine du film Whispering City – Renommé Crime City en 1952

Voir une analyse détaillée de La forteresse.

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives