Ceux qui font les révolutions… – Film de Mathieu Denis et Simon Lavoie

Que reste-t-il du Printemps érable ? C’est l’une des questions qui sous-tendent Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau, film fleuve percutant écrit et réalisé par Mathieu Denis et Simon Lavoie.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2016/12/ceux-qui-font-les-revolutions_affiche1.jpg

Lien YouTube : http://youtu.be/watch?v=YTRj0WdDY_c

Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau est un drame social réalisé par le tandem Mathieu Denis/Simon Lavoie qui se réunit une nouvelle fois après avoir coréalisé Laurentie (2011). Ce film fleuve d’une durée de plus de trois heures s’inspire du « Printemps érable », l’important mouvement de contestation étudiante qui a marqué le Québec en 2012. Le film suit quatre jeunes militants impliqués dans ce soulèvement qui, quelques années plus tard, font le point sur l’impact concret de leurs actions.

Présenté en première mondiale au TIFF dans la section compétitive « Platform », le film en est ressorti avec le prix du meilleur long métrage canadien. Par la suite, Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau a été accueilli dans plusieurs festivals, avec notamment une sélection au Festival de Berlin, où il est inscrit dans la section « Génération », destinée aux enfants et aux jeunes publics.

Titre de la version sous-titrée : Those Who Make Revolution Halfway Only Dig Their Own Graves.

Image extraite de Ceux qui font les révolutions... de Mathieu Denis et Simon Lavoie (dist. K-Films Amérique)

Image extraite de Ceux qui font les révolutions…

Notes des réalisateurs

L’enlisement et la stagnation de plus en plus évidents dans lesquels le Québec (à l’instar d’une grande partie du reste du monde) semble avoir choisi de se désintégrer sont devenus intolérables. Que faire, dès lors ? Le seul moyen que nous avons trouvé pour combattre cet état, c’est de faire ce film. Faire ensemble cette oeuvre qui nous semble plus grande et importante que nous, individuellement.

Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau (le titre est emprunté au révolutionnaire français Louis Antoine de Saint-Just) explore les dérives, les mélancolies, les espoirs et les résignations d’une certaine jeunesse déçue par le cul-de-sac dans lequel elle se retrouve suite au désagrégement du mouvement étudiant qui était à la base du « Printemps érable », cet élan de protestation sociale qui a secoué le Québec en 2012.

Ordine Nuovo, Giutizia, Tumulto et Klas Batalo (ils se sont donnés entre eux des noms de maquis, comme l’avaient fait avant eux les résistants français pendant la Seconde Guerre mondiale), bien qu’ils soient en partie inspirés par de véritables acteurs du mouvement de 2012, sont au final des personnages fictifs qui sont nés des questions que nous avons commencé à nous poser suite au retour au pouvoir d’un gouvernement majoritaire libéral en 2013, ce retour en force consacrant l’échec du mouvement étudiant qui avait initié ce fameux Printemps érable et le triomphe d’une frange de la société se contentant bien d’un certain statu quo. Nous nous sommes alors demandés dans quel état d’esprit ce revirement politique avait pu laisser ces étudiants qui avaient été profondément engagés dans le mouvement de 2012.

Extrait du dossier de presse

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives