Emporte-moi – Film de Léa Pool

Drame sensible sur l’adolescence, Emporte-moi est l’une des oeuvres emblématiques de la carrière de Léa Pool, porté par un récit touchant et la présence de l’actrice Karine Vanasse, véritable révélation du film.

https://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2018/03/emporte-moi_VHS_filmsquebec.com_.jpg

-01-01

Quinze ans après Micheline Lanctôt et son célèbre Sonatine, Léa Pool met à son tour en images les tourments d’une adolescente dans Emporte-moi, son septième film de fiction. Bien que romancé et déplacé au Québec, il s’agit, de l’aveu même de la cinéaste d’origine suisse, de son film le plus autobiographique.

Emporte-moi est un récit initiatique traitant du difficile passage à l’âge adulte d’une jeune femme emprisonnée dans un univers sans joie. Plusieurs thématiques propres à ce genre (incertitudes existentielles, découverte de l’amour) s’entremêlent à une vision sociale sombre (tentative de suicide de la mère, déchéance du père, pauvreté), le tout baignant dans la légèreté rétro du Québec des années 60. Le film propose aussi un clin d’oeil à Jean-Luc Godard, le cinéaste favori de Léa Pool, en reprenant plusieurs extraits de Vivre sa vie. À ce chapitre, signalons la scène mémorable dans laquelle Karine Vanasse danse en rythme avec Anna Karina, dans un montage alterné du plus bel effet.

Interprété avec naturel et aisance par Karine Vanasse, qui faisait ici ses premiers pas au grand écran, le film bénéficie également de la fragilité de Pascale Bussières incarnant une mère au bord de la crise de nerfs, et, dans le rôle du père, du subtil mélange de rudesse et de sensibilité de Miki Manojlovic, remarqué dans des films d’Emir Kusturica.

« Ce film, c’est vraiment la découverte du monde, avec tout ce que ça comporte de difficultés, mais aussi de moments heureux » – Léa Pool, dans Le Soleil, 27 juin 1998

Présenté en première mondiale en ouverture des Rendez-vous du cinéma québécois 1999, Emporte-moi a obtenu une carrière locale appréciable (30 000 entrées en salle) mais fut surtout reconnu sur les marchés internationaux. Il reçut le prix du jury œcuménique du festival de Berlin et fut vendu dans une quinzaine de pays. Chez nous, il fut nommé meilleur film canadien de 1999 par les critiques de Toronto, et a reçu quatre Prix Jutra en 2000 (Meilleure actrice, Meilleure actrice de soutien, Meilleure direction artistique et Film s’étant le plus illustré à l’extérieur du Québec).

La petite histoire se souviendra peut-être qu’en 1999, la scénariste Isabelle Raynauld avait intenté une poursuite contre Léa Pool pour « emprunts divers », lui reprochant d’avoir reproduit des éléments d’un scénario qu’elle lui avait fait lire pour obtenir ses commentaires. Léa Pool s’en est défendu, mais a néanmoins perdu son procès. Elle fut condamnée à verser 40 000$ à Mme Raynault, en plus de la citer au générique.

Image des comédiennes Karine Vanasse et Pascale Bussières dans un extrait du film Emporte-moi de Léa Pool - Sur la photos, on voit les deux femmes en pleine confidence.

Karine Vanasse (d.) et Pascale Bussières (g.) dans Emporte-moi de Léa Pool (image extraite du film (capture VHS) – Collection filmsquebec.com – Reproduction interdite sans autorisation)

Critiques d’époque

La force de la direction d’acteurs, comme celle du scénario, tient beaucoup au naturel de l’ensemble. Emporte-moi est au départ le classique film d’initiation, le passage de l’enfance à l’âge adulte avec les rites transitoires: premières règles, premiers baisers, premières révoltes. C’est le rythme, la fraîcheur des personnages, la finesse des dialogues qui donnent au film sa riche texture dans ce Québec des années 60 renaissant de ses cendres avec les inévitables musiques du temps et un montage sonore très inspiré. (Odile Tremblay, Le devoir, 13 février 1999, p. B5)


« Aucun des films de Léa Pool ne m’a procuré autant de plaisir que Emporte-moi. Un récit d’une merveilleuse fraicheur… Une performance spectaculaire de Karine Vanasse. » – THE TIMES, Londres / « Le public de Berlin touché en plein coeur par le film de Léa Pool.» – BERLINER MORGENPOST / « Karine Vanasse est L’ACTRICE RÊVÉE pour exprimer les profondeurs de l’adolescence.» – DER TAGESSPIEGEL, BERLIN

Résumé

Montréal, 1963. L'adolescence d'Hanna en voit de toutes les couleurs. Vivant dans un petit appartement entourée de son père, un juif apatride, poète tourmenté et inconnu, et une mère catholique neurasthénique, la jeune fille ne voit de réconfort que lors des quelques moments de complicité qu'elle s'accorde avec son frère, Paul. Pour éclairer ses jours sombres, elle va au cinéma pour voir inlassablement Anna Karina, la Nana de Godard dans Vivre sa vie. Elle en est admirative, et connait ses répliques par coeur. Pour se sortir des colères de son père et des absences de sa mère, Hanna se confie aussi à ses des amies, Laura, une amie délurée, et sa professeur d'anglais, une femme libre et indépendante.

À treize ans, Hanna, qui vient d'avoir ses premières règles, découvre la vie et tente de se créer une voie bien à elle...

©Charles-Henri Ramond

Distribution

Karine Vanasse (Hanna), Miki Manojlovic (le père d'Hanna), Pascale Bussières (la mère d'Hanna), Alexandre Mérineau (Paul), Charlotte Christeler (Laura), Nancy Huston (la professeure), Monique Mercure (la grand-mère d'Hanna), Anne-Marie Cadieux (la prostituée)

Fiche technique

Genre: drame de moeurs - Origine: Coproduction Québec (52%), Suisse, France - ©1998 - Durée: 1h35 - Langue V.O.: Français - Visa: 13 ans et plus - Première: 11 février 1999, RVCQ - Sortie en salles: 12 février 1999 sur 9 écrans à Montréal et banlieue, juin 1999 en France - Tournage: mai-juin 1998, à Montréal et à Port-au-Persil - Budget approximatif: 3,2 M$

Réalisation: Léa Pool - Idée originale et scénario: Léa Pool - Collaboration au scénario: Isabelle Raynault, Nancy Huston, Monique H. Messier - Production: Lorraine Richard - Coproducteurs: Alfi Sinniger (SUI), Carole Scotta (FR) - Producteur exécutif: Louis Laverdière - Producteur délégué: Louis-Philippe Rochon - Direction de production: Lucie Bouliane - Sociétés de production: Cité-Amérique (QC), Catpics (SUI), Haut et Court (FR) avec la participation financière de Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), Fonds de télévision et de la câblodistribution pour la production d’émissions canadiennes (FTCPEC), Fonds Harold Greenberg, Cité-Amérique, Programme de crédits d’impôt (gouvernement du Québec), Programme de crédits d’impôt (gouvernement du Canada), Super Écran - Distribution: France Film

Équipe technique - 1er assistant à la réalisation: Bruno Bazin - Costumes: Michèle Hamel - Direction artistique: Serge Bureau - Chef décorateur: Diane Gauthier - Distribution des rôles: Lucie Robitaille - Montage images: Michel Arcand - Montage son: François Musy – Musique: ECM - Photographe de plateau: Jan Thijs - Photographie: Jeanne Lapoirie - 1er assistant caméra: Dany Racine - 2e assistant caméra: Andréane Melançon - Preneurs de son: Christian Monheim, François Musy - Scripte: Thérèse Bérubé

Infos DVD/VOD

Outre sa version VHS, Emporte-moi a été édité et format DVD au Québec en novembre 2005 par Equinoxe films - Code UPC: 012569643581. Le film n'est pas disponible en VOD.

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives