Diable est parmi nous, Le – Film de Jean Beaudin

Ce drame d’horreur insipide, le second long métrage du regretté Jean Beaudin, a connu une genèse plus que mouvementée.

https://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2019/05/diable-parmi-nous_possession-virginia_poster-web.jpg

Lien YouTube : https://youtu.be/watch?v=iQx9R7-5piU

Le diable est parmi nous est un drame d’horreur crédité au cinéaste Jean Beaudin, qui signait là son second long métrage de fiction, après le drame Stop, sorti l’année précédente. Mêlant occultisme et polar classique, le récit tente de nous faire croire à l’enquête d’un journaliste, incarné par Daniel Pilon, bien décidé à faire la lumière sur la mort inexpliquée d’un ami de longue date.

Produit dans le privé, Le diable est parmi nous est à voir comme l’une des nombreuses tentatives de percées commerciales du cinéma canadien, s’appropriant les codes et la grammaire du film de série B pour tenter de rejoindre le plus grand nombre, ici ou à l’étranger. Le sujet ésotérique, très en vogue à l’époque, les vedettes québécoises connues du public, la trame sonore invitante, sans oublier les quelques séquences dénudées, tout est fait pour séduire. Or, le film fut un flop monumental. Sans queue ni tête, Le diable est parmi nous eut une genèse plutôt mouvementée, que son réalisateur a plus souvent qu’autrement refusé de commenter. D’ailleurs sur la copie VHS, sortie en 1984, le scénario du film n’est pas crédité.

D’après les articles de presse de l’époque, la version finale du film serait en fait le remontage d’un pilote intitulé Le pacte qui avait été tourné quelque temps auparavant par Jean Beaudin. Écourté de plusieurs dizaines de minutes, le film aurait eut droit à des scènes retournées, sans l’avis du cinéaste, pour rendre le tout plus alléchant. Voici comment Jean-Pierre Tadros relatait les faits [1] : « Jean Beaudin tourne un film, dont le titre de travail est « Le Pacte », pour le compte de Cinépix, à qui l’on doit “Valérie », “L’Initiation”, “Viens, mon amour », « Pile ou face »… Le budget est fixé à 280 000, et la Société de développement (SDICC) refuse d’investir. Or, lorsque l’on tourne un film de fiction, on tourne beaucoup plus que ce dont on a besoin. Dans ce cas, on aura du 9 pour 1. Avec ce matériel, Jean Beaudin réalise un premier montage qu’il soumet à ses producteurs. D’après Jean Beaudin, c’était là un bon film d’ambiance de série B, rien de plus ; « mais un film, au moins, qui se tenait, qui était cohérent ». Jean Beaudin est cependant toujours à l’emploi de l’ONF, et son congé sans solde vient d’expirer. Il y retourne donc, et ne se préoccupe plus du « Pacte ». Quelque temps plus tard, cependant, il apprend qu’on est en train de faire d’importantes modifications à son film. La raison en est qu’on veut en faire un film exportable! À partir de là, les choses se précipitent, et Jean Beaudin lui-même n’arrive plus à s’y retrouver. 11 avait pressenti François Brault pour composer la musique du film; on engage Cousineau. Le compositeur et le réalisateur ne se rencontreront jamais. Jean Beaudin n’assistera pas plus à la synchronisation ou au mixage du film. Mais ce n’est pas tout. Car l’on ne se contentera pas de couper des passages afin de raccourcir le film, la version originale durant deux heures. Avec le matériel tourné par Jean Beaudin, on va refaire tout simplement un autre film. »

En 1974, Le diable est parmi nous a été présenté à SITGES, l’important festival de cinéma d’horreur qui a lieu en Catalogne. En anglais, son titre est Satan’s Sabbath, The Possession of Virginia ou encore Sensual Sorceress.

[1] Paru dans le quotidien Le Devoir du 14 mars 1972, p. 12

Critiques d’époque

Si ce n’était des incohérences de la fin, des digressions du milieu, en particulier les longueurs du « party”) et des naïvetés sur lesquelles repose en fait tout le scénario, on pourrait à juste titre considérer “Le Diable est parmi nous” comme un honnête thriller québécois. (Texte non signé, La Presse, 18 mars 1972, p. D8)


Sur l’incohérence du montage passons. Cela est un défaut mineur en ragard de l’incongruité des éléments du récit de Jean Beaudin. Il n’est pas besoin d’attendre longttemps [sic] pour voir que ce cinéaste est fasciné par les sciences occultes, par la parapsychologie. Mais l’utilisation qu’il en fait est du dernier crétinisme. D’abord lancée comme une intrigue policière qui recèle des éléments très mystérieux susceptibles d’alimenter un excellent suspense, d’abord filmée avec cohérence, avec un sens certain de la mesure dans l’émotion, cette histoire se termine dans un délire d’événements plus abracadabrant les uns que les autres. (Ghislaine Rheault, Le Soleil, 30 mars 1972, p. 17)

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives