Ti-Cul Tougas – Film de Jean-Guy Noël

Tougas n’est pas conscient de grand-chose et se trouve emporté par le sens de l’aventure. Tout ce qui lui importe, c’est une utopie, c’est un cliché : la Californie. (Jean-Guy Noël, 1977)

https://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2009/05/ti-cul-tougas_BIG.jpg
Jean-Guy Noël et Gilbert Sicotte - Ti-cul Tougas - 1976 (photo Daniel Kieffer)

Jean-Guy Noël et Gilbert Sicotte – Ti-cul Tougas – 1976 (photo Daniel Kieffer)

Ti-Cul Tougas est le second (et dernier) long métrage réalisé par le scénariste et cinéaste Jean-Guy Noël. Noël est aussi connu pour ses trois romans, dont Merci de ne pas m’avoir tuée et Un homme est un homme, publiés aux Éditions Libre Expression. Tu brûles, Tu brûles, son premier long métrage, date de 1973.

Ti-cul Tougas relate l’histoire d’un musicien et de son amie qui se réfugient aux Îles de la Madeleine pour préparer leur fuite vers la Californie après avoir dérobé un magot de cinq mille dollars. Il s’agit d’une comédie charmante qui fut récompensée par le Prix de la critique de l’Association québécoise des critiques de cinéma en 1976.

Tourné en pleine époque de libération des moeurs au Québec, on retrouve dans le film l’esprit de liberté qui soufflait sur le cinéma québécois des années 70. Toutefois, par rapport aux productions contemporaines, certains thèmes plus rarement évoqués font leur apparition ici, notamment l’importance d’un idéal et d’un rêve de liberté (impliquant ici la fuite vers l’avant). Ti-cul Tougas aborde aussi la vie dans des zones éloignées des grands centres urbains et leur influence sur les rapports humains dans une communauté tricotée serrée.

À noter enfin qu’il s’agit du dernier film auquel à pris part le populaire chanteur de country Bobby Hachey.

Résumé

Un paquebot accoste dans un petit port côtier de la Côte Nord. Rémi Tougas débarque avec son Westfalia et saute dans un taxi dans lequel Odette l'attend. Odette rend visite à Jean-Marc Plessis qui est allongé dans le lit depuis 8 mois, dans le coma suite à une commotion cérébrale. Le couple se rend chez Gilberte, la sœur de Jean-Marc, qui habite une maison isolée du bord de la côte.

Odette confie à Gilberte : quand tu mets la main sur le linge sale d'un homme, c'est comme si tu lui mettais la main au collet... elle avoue aussi que Rémi est en cavale après avoir empoché les 5 000 $ constitués des payes des 23 musiciens d'une fanfare. Car voilà, Rémi, l'ex-première trompette, il aime assez ça jouer au Cowboy.

Rémi part à Cap-aux-Meules pour s'acheter un char usagé et en revient avec une grosse minoune délabrée qu'il espère bien pouvoir faire toffer jusqu'en Californie. Car les États, c'est un rêve, et si l'char toffe pas, on ira su'l pouce ; tu vas voir que l'aventure avec moi, ça va être un rêve de tous les jours... comme il dit à Odette. Mais c'est pas long que les troubles arrivent. Un towing, une strap de fan et voilà 40 piasses qui s'envolent...

©Charles-Henri Ramond

Distribution

Micheline Lanctôt (Odette) ; Suzanne Garceau (Gilberte) ; Claude Maher (Remi) ; Gilbert Sicotte (Martin) ; Louise Forestier ; Guy L'Ecuyer ; Jean-Louis Millette ; Robert Leclerc (Jean-Marc) ; Nassim Haramein (Jean-Marc enfant) ; Georges Langford (le gars)

Fiche technique

Genre: Comédie - Origine: Québec, 1976 - Durée: 1h23 - Visa: 13 ans et plus - Sortie en salles: 8 octobre 1976 - Tournage: 9 septembre au 12 octobre 1974 - Budget: 225 000 $

Réalisation et scénario: Jean-Guy Noël - Production: Marc Daigle ; René Gueissaz - Société de production: ACPAV avec la participation financière de la SDICC - Distribution: NC

Équipe technique - Musique: Hughes Langford - Photographie: François Beauchemin (16mm) - Montage: Marthe de la Chevrotière - Son: Hugues Mignault - Direction artistique: Fernand Durand

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives