Bons débarras, Les – Film de Francis Mankiewicz

On ne se lassera jamais de revoir Les bons débarras, l’un des films québécois les plus importants de l’histoire.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2008/12/bons-debarras_grande.jpg
Charlotte Laurier et Gilbert Sicotte dans Les bons débarras de Francis Mankiewick (1980)

Charlotte Laurier et Gilbert Sicotte dans Les bons débarras de Francis Mankiewick (1980)

Les bons débarras est sans nul doute l’un des films marquants de toute la cinématographie québécoise. Il a été acclamé immédiatement par la critique et figure désormais dans toutes les listes d’incontournables et de chefs d’oeuvres québécois et canadiens.

Les bons débarras est le troisième long métrage de Francis Mankiewicz, qu’il réalisa sept ans après un très remarqué premier film intitulé Le temps d’une chasse. Tourné dans une région rurale isolée des Laurentides, le film met en vedette Charlotte Laurier, âgée de 12 ans lors du tournage, dans le rôle de la fillette possessive déterminée à éradiquer tous les hommes qui tentent de rentrer dans la vie de sa mère.

Dans la camionnette, Manon rêve de sa fleur pas écrapoutissable plantée au milieu de la route - Les Bons débarras

Dans la camionnette de Guy (Germain Houde), Manon (Charlotte Laurier) rêve de sa fleur pas écrapoutissable plantée au milieu de la route – Les Bons débarras (©filmsquebec.com)

Parmi les nombreux écrits existants reliés à Les bons débarras, voici un court extrait de l’analyse qu’en avait faite Marie-Claude Loiselle: Outre les qualités d’une mise en scène souple et précise, privilégiant une simplicité parfaitement maîtrisée, Les bons débarras révéla un fin directeur d’acteurs grâce à qui le talent de deux comédiennes encore inconnues fut porté au grand jour : Marie Tifo, mais aussi Charlotte Laurier qui, à onze ans, en était à sa première expérience au cinéma. Toutes deux contribuent pour beaucoup à la puissance dramatique de ce film dont elles ont su rendre vivants et parfaitement authentiques des dialogues pourtant très écrits, qui représentaient un défi de taille.[1]

Assez étonnamment, Les bons débarras n’a pas connu une carrière internationale très importante, ne figurant pas ou très peu dans les palmarès de festivals étrangers. Au pays, il a remporté 8 prix Génie, dont: Meilleur film, Meilleure actrice (Marie Tifo), Meilleur acteur de soutien (Germain Houde), Meilleur réalisateur, Meilleure photographie et Meilleur scénario original.

Référence : [1] : "Les bons débarras : une fleur dans l’asphalte, pas écrapoutissable..." Marie-Claude Loiselle, 24 images, n° 70, 1993-1994, p. 20-22 - Texte complet : http://id.erudit.org/iderudit/22906ac

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives