Saved By The Belles – Film de Ziad Touma

Portrait glamour et un peu trash de la communauté LGBT de Montréal, Saved By The Belles, l’hallucinant premier long métrage réalisé par Ziad Touma. Centré sur la quête intérieure de personnages marginalisés, le film nous livre ce simple message : Tu es comme tu es, pis c’est ça qui est ça.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2009/03/saved-by-the-belles_compressed.jpg

Saved By The Belles (Échappée belles en version française) est une comédie flyée tournée au coeur du quartier gay de Montréal par Ziad Touma. Il s’agit du premier long métrage coécrit, produit et réalisé par Ziad Touma, qui s’était fait connaître par ses courts-métrages (Line Up, Dinner at Bubby’s) et son travail de vidéaste pour une chaîne de télé musicale québécoise.

Se déroulant essentiellement de nuit, Saved By The Belles nous fait partager quelques aspects du nightlife montréalais grâce à ses personnages bigarrés – plus ou moins réels – comme jamais le cinéma québécois ne l’avait présenté auparavant. Certes, le film peut être vu comme un acte de revendication d’une condition LGBT décriée et fait l’apologie de la liberté et de la tolérance. Mais sous ses atours militants, le film de Touma se laisse aussi aborder comme une fiction à l’histoire somme toute très traditionnelle mettant en avant l’amitié de trois jeunes adultes, liés face à l’adversité, en pleine recherche de leur propre identité.

On peut d’ores et déjà considérer Zia Touma comme un réalisateur à part dans le paysage du cinéma québécois. Son premier long métrage désoriente, déconcerte, mais en même temps émerveille, teinte nos sens, bouscule nos valeurs et en fin de compte s’impose comme un tourbillon d’idées fantasques, débridées, mises en images avec une extraordinaire envie de posséder une caméra dans ses mains et de simplement filmer. Pour l’amour des images et celui qu’on porte au cinéma. [1]

Joyeux charivari par moments, Saved by the Belles modifie constamment ses effets, en particulier par la virtuosité de sa direction photo (la palette de couleurs, la lumière) et de sa bande sonore. Ce sont particulièrement ces aspects du film qui nous rappellent les côtés les plus novateurs et dynamiques du clip et par là même les plus cinématographiques. Patchwork habité par une grande liberté, lettre d’amour à Montréal, Saved by the Belles est à l’image du nightlife qu’il décrit: clinquant, arrogant, sans complexe… l’expression ultime d’une pudeur qui masque le véritable enjeu de son existence: la recherche de son innocence perdue. [2]

Les deux textes ci-dessus ne sont que de exemples parmi d’autres témoignant de l’accueil critique chaleureux reçu par le film lors de sa sortie en salles. Présenté en compétition au Turin Gay & Lesbian Film Festival et mis en nomination pour trois Prix Génie 2004, Saved By The Belles s’est mérité le prix du meilleur film au festival Inside Out de Toronto.

[1] Revue Séquences n° 225, Élie Castie : Saved by the Belles : les mots de la nuit

[2] 24 images, n° 115, Philippe Gajan : À la recherche de l’innocence perdue

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives