Sourd dans la ville, Le – Film de Mireille Dansereau

Dans Le sourd dans la ville, une femme de famille aisée quitte son milieu pour s’installer dans un hôtel minable où elle découvre un autre monde.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2009/03/sourd-dans-ville.jpg

Après La Vie rêvée et L’Arrache coeur, Mireille Dansereau continue son exploration de la solitude et du désespoir dans ce drame intimiste qui met en opposition la vie et la mort, l’innocence et la résignation. Acclamé par la critique, gagnant une Mention de l’Organisation Catholique Internationale du Cinéma au Festival de Venise en 1987, Le Sourd dans la ville est l’un des films québécois les plus reconnus de la décennie 80. Sur le plan local, le film de Mme Dansereau avait attiré 5 900 spectateurs en salles lors de sa sortie au Québec.

En entrevue dans la revue Ciné-Bulles, la réalisatrice précisait à propos de ce premier film commandé par la productrice Louis Carré: Le sujet est tellement philosophique qu’il fallait éviter le réalisme, décoller de la réalité. Je n’avais pas l’habitude de faire parler des gens défavorisés, aussi je me suis documentée. Je me suis rendu compte que la classe populaire chez Marie-Claire Biais ne ressemble pas du tout au monde de Michel Tremblay et de Marc-André Forcier. L’univers de Marie-Claire Biais est plus international. Ce n’est pas le Plateau Mont-Royal. On y parle plusieurs langues. [1]

Référence : [1]: Entretien avec Mireille Dansereau, Denis Bélanger et Michel Coulombe, Ciné-Bulles, vol. 7, n° 1, 1987, p. 30-34. - http://id.erudit.org/iderudit/34539ac

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives