Tom à la ferme – Film de Xavier Dolan

Quatrième long métrage de Xavier Dolan, Tom à la ferme bénéficie d’un style plus épuré et d’une intrigue moins flamboyante que les précédents. C’est tout à son avantage.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2014/03/tom-ferme.jpg

Lien YouTube : http://youtu.be/watch?v=p_uYlB4b3_c

Tom à la ferme est le quatrième long métrage de fiction réalisé par Xavier Dolan. Le scénario est inspiré de la pièce éponyme de Michel Marc Bouchard qui a reçu le  Prix dramaturgie francophone 2011 de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques.

Campé dans une ferme laitière, Tom à la ferme est un drame psychologique qui traite des différences entre les régions et les villes et créé une opposition entre les peronnages qui y vivent.

Présenté en première mondiale en compétition officielle lors de la 70ème Mostra de Venise, Tom à la ferme a reçu le prix de la critique internationale. Le film a également fait partie de la liste du Canada’s Top Ten et a obtenu huit nominations aux Prix Écrans Canadiens, mais n’en a remporté aucun.

Au Québec, le film avait été présenté en première en octobre au FNC. Les comédiens y brillaient par leur absence. Tom à la ferme sort le 28 mars au Québec et le 16 avril en France.

Image de la comédienne Lise Roy qui est Agathe dans Tom à la ferme de Xavier Dolan (image : Clara Palardy)

Lise Roy est Agathe, dans Tom à la ferme de Xavier Dolan (image : Clara Palardy)

Mot du réalisateur

Après la plus ou moins consciente trilogie sur l’amour impossible – J’ai tué ma mère, Les Amours imaginaires, Laurence Anyways – un changement de cap s’imposait.

Plusieurs possibilités s’offraient à moi. J’ai ouvert le tiroir du petit secrétaire en bambou rempli de post-it et de napperons de restaurants noircis d’idées, de répliques et de synopsis de deux trois mots comme ceux qu’on trouve dans le guide télé.

Il y avait une sorte de thriller politique – pour changer, ça changerait – il y avait l’écriture de mon premier film en anglais, The Death and Life of John F. Donovan – mais je voulais écrire pour tourner, et non pour attendre. Il me fallait un scénario-éclair pour un tournage en vitesse.

Or, j’avais vu il y a un moment déjà la pièce Tom à la ferme. C’était à l’hiver 2011, je crois, et j’étais en pleine préproduction pour Laurence Anyways. Sur scène, ce soir-là, Lise Roy – qui reprendrait plus tard son rôle dans le film – avait livré le monologue de profond épuisement d’une mère qui, tout juste revenue des obsèques de son fils, explosait sur la pénible préparation de la salade de macaronis qui faisait sa réputation. Elle en vidait tout le contenu – personne n’y avait touché – en vociférant son dégoût pour cette recette et, du même coup, pour son entourage qui la contraignait à la faire, année après année. Le monologue de la salade de pâtes restait en surface, centré sur des doléances purement alimentaires, mais évoquait les souffrances beaucoup moins superficielles d’une femme qui n’a jamais connue que la ferme, les étreintes maladroites de son mari décédé et de ses fils, le train des vaches, et le chemin de terre au bout duquel on finit par désespérer de voir quelqu’un arriver. La « salade de pâtes », ironiquement, fût finalement coupée au montage, réminiscence probablement trop théâtrale de la pièce.

Mais ce détour au pays de la détresse maternelle sillonnait des routes trop familières pour que je ne rêve pas de les porter à l’écran. L’auteur Michel Marc Bouchard excellant dans le rapport à la famille et au patelin du point de vue de l’étranger comme de l’hôte, son texte évitait les écueils des a priori urbains sur la campagne. La brutalité du rapport entre les deux rôles principaux masculins, élégant et esthétique sur scène, augurait déjà à l’écran d’une saleté et d’une violence qui m’éloigneraient de mes zones de confort. La pièce explorait plusieurs ambiances, mais je savais que de toutes celles ressenties c’était la peur, l’angoisse et l’étrangeté qui seraient les plus payantes à l’écran, et surtout, surtout, que c’était là toute la nouveauté que j’espérais.

Dehors sous la marquise, dans la fumée des cigarettes que tout le monde avait méritées, je demandais à Michel Marc qui adapterait la pièce au grand écran. Il me répondit : « Personne, pourquoi? Tu as quelqu’un en tête? » « Oui, moi. », répondis-je avec l’humilité de Néron dans Britannicus. Mais, sérieusement, c’est à peu près comme ça que ça s’est passé.

Texte de Xavier Dolan – Extrait du dossier de presse

Image de la comédienne Evelyne Brochu qui est Sarah dans Tom à la ferme de Xavier Dolan (image : Clara Palardy)

Evelyne Brochu est Sarah, dans Tom à la ferme de Xavier Dolan (image : Clara Palardy)

De la scène à l’écran

En 2011, à l’époque où Michel Marc Bouchard avions conclu d’adapter ensemble sa pièce de théâtre, il avait été convenu que nous travaillerions chacun de notre côté. Il m’enverrait une première version que je retravaillerais à mon tour, pour lui en renvoyer une seconde, et ainsi de suite.

Laurence Anyways ayant été tourné et produit sur une période de deux ans, j’étais de retour de Cannes en mai 2012 et devait rapidement trouver un projet à tourner à l’automne. Pierre Falardeau, défunt cinéaste québécois, disait qu’il valait mieux tourner que de tourner en rond, et j’étais plus que prêt à retrouver l’adrénaline du plateau.

Tom à la ferme devint ce projet d’automne et d’urgence, et j’appelai bientôt Michel Marc pour lui annoncer que nous tournions en octobre! Il était débordé avec l’écriture d’une pièce de théâtre et les révisions du scénario pour Queen Cristina. La scénarisation du film commença donc sur les chapeaux de roues, et Michel Marc et moi nous renvoyâmes la balle pendant un ou deux mois.

Sur scène, on ne voyait que quatre personnages ; Tom, Francis, Agathe et, en fin de pièce, Sara, arrivée comme la vérité dans un tissu de mensonges, comme l’avènement, comme la flammèche dans une pièce soufflée au gaz. Ils se partageaient l’espace d’une cuisine, d’une chambre et d’une grange ; le huis-clos typique. Dans le film, il fallait jouer la carte du no-exit sans pour autant que l’on se lasse des décors et des personnages. Il m’apparut, assez tôt, qu’il fallait sortir Tom de la ferme une fois ou deux pour craindre, toujours davantage, qu’il y retourne.

Texte de Xavier Dolan – Extrait du dossier de presse

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives