Une manière de vivre – Film de Micheline Lanctôt

Avec ce neuvième long métrage de fiction fait pour le cinéma, la cinéaste brosse les portraits de trois personnages marqués par la culpabilité, en quête de liberté et d’apaisement.

https://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/une-maniere-de-vivre_affiche.jpg

Lien YouTube : https://youtu.be/watch?v=Q8b3Ti2hcKQ

Avec Une manière de vivre, son neuvième long métrage de fiction fait pour le cinéma, Micheline Lanctôt reprend plusieurs thèmes qu’elle a déjà mis en images dans Suzie et Autrui. Générosité, empathie, don de soi, mais aussi, errance, mensonge, questionnement et tentation, se retrouvent au fil de l’histoire de trois personnages qui se croisent à l’occasion d’un colloque organisé autour de la pensée de Spinoza. Le célèbre philosophe du XVIIe siècle parcourt le récit de part en part, livrant des enseignements moraux ayant un lien avec les faits et gestes des trois protagonistes marqués par la culpabilité: un chercheur en philosophie venu de Belgique, une femme ayant perdu son mari et la fille de celle-ci, qui se prostitue pour payer son loyer.

Le film a été présenté en première mondiale au 38e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue. Sortie en salle : 1 novembre 2019.

Note d’intention de l’auteure

Ce projet a débuté il y a plusieurs années sous le titre de « MON SPINOZA ». Pourquoi ? Je n’avais que de très vagues souvenirs de collège de ce philosophe dont L’ÉTHIQUE est l’oeuvre maîtresse. J’ai acheté des livres avec le nom de Spinoza dans le titre. Je me suis également procuré son oeuvre intégrale. Un jour je suis tombée sur un livre qui portait le titre : SPINOZA AVAIT RAISON. L’auteur, un neurobiologiste du nom d’Antonio Damasio, y déclarait d’emblée avoir toujours été fasciné par Spinoza, sans trop savoir pourquoi. Je n’étais donc pas la seule à me prendre d’intérêt pour ce penseur révolutionnaire excommunié de sa communauté, tenu pour athée, honni de ses contemporains, mais dont l’influence fut profonde et durable sur tous les penseurs modernes. Dans son livre, Damasio exprimait sa fascination pour Spinoza, le Juif excommunié visionnaire, qui avait bien avant que les neurosciences ne le découvrent, dressé la carte de nos passions, et constaté le déterminisme de nos gènes dans l’expression de nos sentiments. J’ai réalisé que je cherchais à comprendre, comme Damasio, comme Spinoza, les mécanismes qui nous gouvernent en tant qu’êtres humains. Que je cherchais, comme eux, une science de vivre, un sens à notre humanité dans cette ère sans Dieu qui régresse vers la barbarie et nous entraîne dans son fracas.

Note d’intention de l’auteure extraite du dossier de presse de Une manière de vivre fourni par Maison 4:3

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives