Immortels, Les – Film de Paul Thinel

Les immortels, un drame musical québécois comme on en fait peu. Dommage que le succès n’ait pas été au rendez-vous.

https://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2009/01/immortels.jpg

Les immortels est le premier long métrage réalisé par Paul Thinel. Ce diplômé en cinéma de l’Université Concordia avait jadis scénarisé Pin-Pon, le film.

Isabelle Lemme dans le film Les Immortels

Isabelle Lemme dans le film Les Immortels (Photo: Pierre Crépô)

Entretien avec Paul Thinel

Avez-vous le sentiment que ce film peut changer la perception que tout un chacun peut avoir des jeunes et des aînés ?

Oui, ici, point de rockers « heavy », qui ne pensent qu’au big business, aux pitounes, aux drogues fortes et autres clichés généralement véhiculés. Nous avons affaire à des jeunes sains d’esprit et de corps. Ils vivent pour leur musique et ont cette soif de vivre qu’amène toute passion qui ne s’éteint pas. Et puis, lorsque nos vieux se pointent au grand écran, on les voit trop souvent seuls, nostalgiques à outrance, proches de la folie ou de la mort… Ici, il n’est pas encore trop tard pour vivre à fond la caisse. De plus, il ne s’agit pas d’un conflit de génération et encore moins d’une compétition. Ce qui nous intéresse, c’est de rallier ces deux groupes d’âge et ces deux factions musicales en une seule en passant par deux écoles de pensée face aux choix que l’on fait, ou que nous devons faire dans la vie.

Diriez-vous que c’est un film d’intervention sociale ?

En quelque sorte, oui car ce n’est surtout pas un film uniquement sur la musique, son industrie. On peut y voir certains parallèles entre les travailleurs de l’usine et notre band de jeunes. Il n’y a pas qu’à l’usine où l’on pratique le « downsizing » qui lie les mains dans le dos. Les effets d’une telle pratique sur une petite ville dont l’économie repose principalement sur un employeur y sont aussi abordés via certains personnages secondaires.

Qu’elle est la place de l’humour selon vous et comment le conjuguez-vous avec les moments plus difficiles ?

En n’appuyant pas sur le jeu des comédiens, ni sur la mise en scène. C’est ma façon de maintenir cette crédibilité qui permet de vraiment se soucier des personnages, d’être envahi d’émotions tristes ou drôles. J’aime mettre de la vie dans mes films, une touche de couleur sur le gris qui entoure les gens ordinaires. En dégageant ce fond d’humour, cela rend supportables certaines désillusions et fait encore croire en l’avenir.

Le choix des acteurs s’est-il précisé avec le choix des chansons ?

Non, le choix s’est effectué en fonction des personnages. Par contre, une attention particulière a été portée en ce qui a trait aux talents et habilités des comédiens. Tous jouent de leurs instruments respectifs. Mes « petits vieux » ont d’abord enregistré la musique puis j’ai choisi ceux qui allaient jouer dans le film. Je voulais une comédienne qui sache chanter. Isabelle Lemme est la véritable interprète des chansons.

Extrait de l’entrevue disponible dans le dossier de presse du film

Jean Lapointe dans le film Les immortels (Photo: Pierre Crépô)

Jean Lapointe dans le film Les immortels (Photo: Pierre Crépô)

Résumé

« On leur a montré jusqu'où des ti-culs d'ici pouvaient aller ! »

Après quatre ans de dur labeur, les membres d'un jeune groupe de musique (Paul, Katia, Éric et Benoît), issus d'une petite ville industrielle déclinante, surmontent les derniers obstacles qui les séparent d'un prestigieux concours de découvertes. Où, grâce à une performance enlevée, ils décrochent le premier prix : un contrat de disque professionnel.

« Ça c'est le plus beau cadeau que personne pourra jamais me faire »

Pendant ce temps, on fête chaleureusement Adélard qui prend sa retraite après 30 ans de loyaux services à l'usine de la ville. Et comble de bonheur, on le nomme tambour-major de la fanfare de retraités.

« C'est bien beau les pains, mais ça met pas du rêve sur la table ! »

Tu l'as dit Paul! Mais ce n'est pas parce que le rêve est enfin sur la table, qu'il va se laisser beurrer si facilement. Et cela même si Giroux le vieux patron de Cosak, la compagnie de disques liée au concours, voit LES IMMORTELS comme sa grosse locomotive pour la rentrée de l'automne. Car Patrice Dubois, son jeune associé, a une toute autre vision de l'avenir de Cosak

« Pensez-y Monsieur Giroux, l'industrie change vite, et sauf votre respect, vous n'êtes plus très jeune… »

Hélas, ce n'est pas qu'à l'usine qu'on fait du down sizing, et les innocentes victimes de ce fameux monde qui change, n'ont pas beaucoup d'options; soit elles crashent, soit elles se crachent dans les mains.

Paul et LES IMMORTELS, tout comme certains habitants de leur petite ville, auront à relever ce défi. Mais avant, ils devront se questionner sur ce qui les anime vraiment. Et peut-être aussi que Paul devra apprendre à voir en Adélard autre chose qu'un vieux bougon sentencieux; lui qui essaie seulement -bien maladroitement, il faut l'avouer- de lui faire comprendre cet adage de Charlie Parker :

« Know your instrument, know your music… then forget all the shit and play! »

Bref, LES IMMORTELS nous fait vivre à travers les boires et déboires des habitants d'une petite ville de région, l'histoire de deux générations qui réussissent à se rejoindre grâce à leur passion pour la musique. Passion qui ne demande bien souvent qu'une toute petite étincelle pour enflammer le brasier de sa source : le plaisir.

Synopsis officiel

Distribution

Guillaume Lemay-Thivierge (Paul McMullen) ; Jean Lapointe (Adélard Major) ; Isabelle Lemme (Katia) ; Pascal Parent (Éric) ; André Ouellette (Benoît) ; Manon Brunelle (Valérie) ; Olivier Maher (Alex) ; Guy Nadon aka Le roi du Drum (Alcide) ; Isabelle Miquelon (Thérèse) ; Paolo Noël (Monsieur Giroux) ; Daniel Brière (Patrice Dubois) ; Luc Proulx (Rochon) ; Patrice Coquereau (Michel) ; Justin Verville-Alarie (Simon) ; Denis Trudel (Denis) ; Louis Champagne (Jean-Guy) ; Claude Blouin (Bobby) ; Christine Paquette (Femem fauchée) ; Mireille Darveau (Reporter télé) ; Nathalie Cavezzali (Animatrice télé)

Fiche technique

Genre: comédie dramatique- Origine: Québec, 2003 - Durée: 1h39 - Images: 35mm, Couleur, Dolby SRD - Langue V.O.: français - Date de sortie: 26 septembre 2003 sur 13 écrans au Québec - Visa: Général

Réalisation: Paul Thinel - Scénario: Marc Bisaillon, Paul Thinel d'après une idée originale de Marc Bisaillon - Production: Marc Daigle - Producteur associé: René Gueissaz - Sociétés de production: ACPAV avec la participation de Téléfilm Canada, SODEC, programmes de crédit d'impôt fédéral et provincial - Distribution: Cinéma Libre

Équipe technique - Costumes: Brigitte Desroches - Décors: Monik-Pascal Potvin - Directrice artistique: Colombe Raby - Montage: Heidi Haines - Musique et chansons: Marc Bisaillon, Éric Rathé (Direction d'orchestre: Guy St-Onge) - Photographie: Bruno Philip - Son: Simon Poudrette, Claude Langlois, Louis Gignac

Infos DVD/VOD

Le film Les immortels est disponible en DVD (son stéréo et sous-titres anglais disponibles). Éditeur: Cinéma Libre - Date de sortie: 15 juin 2004 - Code UPC: 881333325165 - Suppléments: entrevues, bandes annonces, et le court métrage SPCE de Marc Bisaillon.

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives