Nèg’, Le – Film de Robert Morin

Le nèg’ est une oeuvre forte et provoquante dans laquelle Robert Morin montre un visage inusité du racisme ordinaire entretenu par l’ignorance et le rejet.

https://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2009/02/neg.jpg
Iannicko N’Doua-Légaré dans Le Neg' de Robert Morin

Iannicko N’Doua-Légaré dans Le Neg’ de Robert Morin

Robert Morin est un réalisateur à part dans la cinématographie québécoise. Ses films ne passent jamais inaperçu et la sortie d’un nouveau Morin est toujours un moment important. Requiem pour un beau sans-cœur (1992) ou Quiconque meurt, meurt à douleur (1996), sont des œuvres fortes qui laissent des traces indélébiles.

Le nèg’, virulent plaidoyer contre le racisme et l’intolérance, ne fait pas exception à la règle. On y retrouve l’acharnement de quelques incultes en boisson contre un jeune « autre », accusé à tort de toutes les misères de la société.

Lors de sa sortie au Québec, Le nèg’ a créé une micro-polémique autour de son titre, certains le trouvant trop cru… En France, le nom de Iannicko N’Doua-Légaré, le jeune acteur noir dont ce fut la seule apparition au grand écran, a disparu des listes et des génériques. Le titre du film a également été changé pour adopter le plus “convenable” et passe-partout Petits meurtres d’Amérique… Est-on vraiment si frileux face à des sujets sensibles comme celui-ci ?

Lors de sa sortie en salles, le film a tout de même attiré plus de 18 000 spectateurs au Québec. L’année suivante, le film remportait le Jutra du meilleur montage.