Question de vie – Film d’André Théberge

L’aliénation d’une jeune mère monoparentale est au coeur du récit de ce premier long métrage.

https://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/question-de-vie_andre-theberge_affiche.jpg
Frédérique Collin et Alain Gélinas dans Question de vie de André Théberge (archives presse)

Frédérique Collin et Alain Gélinas dans Question de vie de André Théberge (archives presse)

Question de vie est le premier long métrage de fiction écrit et réalisé par André Théberge, ancien collaborateur à la revue « Objectf » et, à l’époque, professeur de cinéma. Le film a été produit dans le cadre du programme « Premières oeuvres », produit par Jean Pierre Lafebvre et l’ONF. Outre le film de Théberge, quatre films de jeunes réalisateurs québécois en faisaient partie: Jean François Xavier de… de Michel Audy, Mon enfance à Montréal de Jean Chabot, le court métrage Ti-Coeur de Fernand Bélanger, et Aisni soient-ils d’Yvan Patry.

Dans un entretien accordé à Luc Perreault, le réalisateur précisait : Mon film serait plutôt réaliste, dans le sens qu’être réaliste, c’est essayer de décrire la réalité qu’on voit ou que la caméra voit. Ce qui m’intéresse surtout, c’est la surface. C’est pour ça que je n’accepte pas personnellement l’onirisme ou le symbolisme comme parti pris esthétique. Le sujet de « Question de vie” me touchait de très près et très profondément. J’ai voulu éviter de me mettre en jeu moi-même. J’ai voulu regarder l’extérieur. C’est pour ça que j’ai voulu faire ce film d’une façon aussi rude. C’est un petit film 16mm assez sage. Tout est monté en direct. Il y a à peine quelques trucs de montage sonore. (extrait – La Presse, samedi 13 février 1971, p. D9)

Question de vie a été présenté à la Semaine de la critique de Cannes en mai 1971.

André Théberge dirige Alain Gélinas pour une scène du film Question de vie (archives presse)

André Théberge (gauche) dirige Alain Gélinas pour une scène du film Question de vie (archives presse)

Critiques d’époque

L’interprétation de Frédérique Collin est saisissante de vérité; elle sait doser avec brio la désinvolture et la vulnérabilité. (Vallée de la Petite Nation, jeudi 22 juillet 1971, p. 12)


Théberge s’était employé dès le départ à morceler son récit à l’extrême, ne nous en présentant finalement que l’ossature. Ce parti-pris est parfaitement justifiable. Mais dès qu’il s’apprête à faire éclater la crise, tout se brouille. Car rien ne permet de justifier la folie dans laquelle il fait sombrer sa petite ouvrière. Ce que je reprocherai finalement le plus au film, c’est de s’en remettre trop exclusivement au jeu de la comédienne, par ailleurs excellente; de rester, en d’autres termes à la surface. Je sais bien que l’auteur l’a voulu ainsi, mais cela n’excuse rien. Car il faut bien le répéter, rien ne justifie cette brusque folie de la jeune ouvrière qui, peut-être métaphoriquement, s’etait trouvée brusquement dépossédé de tout par son mari. (Jean-Pierre Tadros, Le Devoir, samedi 13 février 1971, p. 11)

« L’idée qui a donné naissance à Question de vie est assez loufoque: je m’étais dit que ce serait drôle de montrer une femme qui deviendrait folle à force de coudre des chemises dans une manufacture; et à l’asile, “pour lui faire reprendre contact avec la réalité ”, on la remet sur une machine à coudre » — André Théberge, réalisateur

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives