Great Land of Small, The – Film de Vojtech Jasny

The Great Land of Small est le cinquième film des Contes pour tous. Ce film, onirique et suranné à souhait, relate les péripéties de deux jeunes lors de leur aventures en pays enchanté. Le film a bénéficié de la participation de certains membres du Cirque du Soleil.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2014/09/great-land-of-small.jpg
Michael J. Anderson dans The Great Land of Small de Vojta Jasny

Michael J. Anderson dans The Great Land of Small de Vojta Jasny (©La Fête)

The Great Land of Small (C’est pas parce qu’on est petit qu’on peut pas être grand en version française) est le cinquième film de la série de films pour la jeunesse Contes pour tous. Le film a été réalisé par un ami de longue date de Rock Demers, le Tchèque Vojtech Jasny, connu pour avoir remporté un Prix Spécial du Jury à Cannes au début des années 60 et membre actif de l’école de Prague, de laquelle Ivan Passer et Milos Forman sont également issus.

Très ancré dans la fantaisie, contrairement aux films précédents de la série, The Great Land of Small est une fable onirique qui repose sur une histoire de forêt enchantée et de voyage en pays imaginaire, un monde irréel situé au delà de l’arc-en-ciel. Le décor au style naïf en partie du au manque flagrant de budget, donne au film un charme suranné qui n’est pas sans rappeler – toutes proportions gardées – le classique Le magicien d’oz, avec lequel il partage l’univers visuel et des références à certains personnages.

Signalons que les acrobaties montrées dans le film étaient réglées par la troupe du Cirque du Soleil, alors au début d’une carrière internationale fulgurante. Les rôles des deux enfants sont tenus par Michael Blouin que l’on a perdu de vue depuis et par Karen Elkin dont la carrière s’est poursuivi à la télévision (Rumeurs, François en série ou Série Noire).

Dans le quotidien La Presse du samedi 12 décembre 1987, Luc Perreault justifiait dans sa critique une réception plutôt mitigée : Le film de Jasny ne manque pas de charme, il faut bien en convenir. Le personnage de Fritz tenu par l’acteur nain américain Michael J. Anderson est tout simplement adorable. Certains effets spéciaux comme les reflets magiques de la poudre d’or piquent l’attention. Toute la première partie que vient animer l’apparition de Fritz me semble la plus réussie. Malt l’ensemble du film souffre d’un manque d’unité d’une partie à l’autre. Les choses se gâtent dès qu’on traverse de l’autre côté de l’arc-en-ciel dans le monde de Fritz. Cette partie, tournée au stade Olympique, est d’un autisme affligeant. Les figurants paraissent figés, l’action gelée, la magie parait s’être envolée malgré la présence de certains interprètes du Cirque du Soleil.

À sa sortie en salles au Québec, The Great Land of Small avait attiré 58 000 spectateurs.

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives