J’ai tué ma mère – Film de Xavier Dolan

Un adolescent développe peu à peu une haine viscérale envers sa mère, une pimbèche assez quétaine. Xavier Dolan et Anne Dorval. Le duo inoubliable de J’ai tué ma mère, véritable OVNI du cinéma québécois.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2009/04/jai-tue-me-mere_affiche-ressortie.jpg

Lien YouTube : http://youtu.be/watch?v=znM52Z-XA_o

J’ai tué ma mère est un film à part dans la cinématographie québécoise, une œuvre inspirante et fulgurante qui surprit tout le monde par surprise. Son auteur, Xavier Dolan (Xavier Dolan-Tadros), fait preuve à à peine 20 ans d’une maturité cinématographique exceptionnelle. L’ironie de la chose, c’est que la surprise fut telle, que le film J’ai tué ma mère ne fut presque pas supporté financièrement par les institutions. À croire que personne n’avait vu venir le coup de génie concocté par la gamin frondeur, connu jusque là pour quelques apparitions au cinéma et dans des pubs télé.

Affiche anglophone du film J'ai tué ma mère de Xavier Dolan

Affiche anglophone du film J’ai tué ma mère de Xavier Dolan

Dolan a donc endossé seul son projet et a pris à bras le corps les fonctions de financier, producteur, réalisateur, scénariste et directeur artistique, tout seul, avec des appuis réduits à leur plus strict minimum. Si bien que lorsque le film a été sélectionné pour Cannes, en avril 2009, pratiquement personne au Québec n’en avait entendu parlé, les médias ayant complètement ignoré ce film durant tout son processus de production (comme c’est le cas pour une grande partie du cinéma québécois indépendant d’ailleurs). Cette fiche descriptive, publiée originalement sur mon précédent site le 30 avril 2009 était la première page web entièrement consacrée au film de Dolan.

J'ai tué ma mère (Affiche suisse)

J’ai tué ma mère (Affiche suisse)

Le succès de Cannes (confirmé par le gain de trois prix!) eut évidemment des répercussions immédiates. En tout, plus de 40 pays ont acheté les droits de distribution, dont la France, les États-Unis et la Russie. J’ai tué ma mère a été sélectionné en septembre 2009 pour représenter le Canada dans la course aux Oscar du meilleur film en langue étrangère, mais ne se rendit pas en finale.

Enfin, tout ceci ne serait qu’anecdotique si l’escapade cannoise de J’ai tué ma mère s’était soldée par l’anonymat et l’oubli, si le film n’avait pas été un réel succès populaire au box-office québécois, et si la carrière internationale incroyable d’Hubert Minel n’avait pas existé. Or tout ceci – et bien plus – est vrai, J’ai tué ma mère demeurera encore longtemps comme un conte de fée, une illusion d’optique, un cas unique dans les annales du cinéma québécois.

J'ai tué ma mère (Anne Dorval © K-Films Amérique)

J’ai tué ma mère (Anne Dorval © K-Films Amérique)

Principales récompenses

  • Festival de Cannes 2009 :
    • Art Cinema Award
    • Prix SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques)
    • Prix «Regards Jeunes»
  • Meilleur premier film canadien au Cinéfest de Sudbury (sept. 09)
  • Puffin d’or au Festival international du film de Reykjavik (sept. 09)
  • Mention spéciale du jury au Festival international du film de Bangkok (sept. 09)
  • Meilleur long métrage de fiction canadien au 23e Festival du cinéma francophone en Acadie (FICFA) (oct. 09)
  • Meilleur film canadien au Vancouver Film Festival (oct. 09)
  • Grand Prix au Festival international du film contemporain de Moscou (oct. 09)
  • Gagnant du 7eme Festival du Film de Zagreb (oct. 09)

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives