Little Girl Who Lives Down The Lane, The – Film de Nicolas Gessner

Coproduit par la France et le Canada, The Little Girl Who Lives Down The Lane est un suspense qui survit à travers les âges, comme de nombreuses série B. Jodie Foster y est pour beaucoup.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2009/03/little-girl-who-lives-down-the-lane_CDN.jpg

Lien YouTube : http://youtu.be/watch?v=SLdFEUb8KvU

Affiche américaine du film The Little Girl Who Lives Down The Lane

Affiche américaine du film The Little Girl Who Lives Down The Lane

The Little Girl Who Lives Down The Lane (La petite fille au bout du chemin en version française) est un suspense psychologique coproduit par le Canada et la France et réalisé par Nicolas Gessner. Il s’agit du seul film notable dans la filmographie de ce réalisateur suisse, qui s’est cantonné principalement aux films de télévision.

La petite fille au bout du chemin a ceci de particulier (en dehors d’être un suspense de qualité moyenne) qu’il met en vedette la toute jeune comédienne Jodie Foster, alors âgée de 13 ans ainsi que l’acteur Martin Sheen qui, à 35 ans, possédait une fiche déjà bien remplie de séries B. Il tournera dans Apocalypse Now quelques mois après avoir participé à ce film.

Sorti en janvier 1977 au Québec, le film ne fit pas l’unanimité de la critique. Il a depuis gagné quelques lettres de noblesses, en raison principalement de l’aura acquise par ses interprétes avec le temps. Voilà ce qu’en disait Maurice Elia dans la Revue Séquences (numéro 89, p.29-30):

Commencer par dire que c’est une co-production franco-canadienne pourrait peut-être relever un tantinet cette Petite Fille et nous faire nous imaginer que son bout du chemin n’est pas exactement un parfait cul-de-sac. Mais si l’on essaie cependant de juger objectivement le film de Nicolas Gessner, sans clignement d’yeux du côté de sa nationalité, ni indulgence de principe, on peut considérer tout simplement qu’il s’agit d’un film médiocre, désuet, qui repose presque entièrement sur une situation de base des plus intéressantes certes, mais développée avec une maladresse d’enfant devant un nouveau jouet. Mais attention, dire que La petite Fille au bout du chemin est un ratage complet serait commettre une nouvelle injustice. Car ratage il y aurait sans Jodie Foster qui, sur ses jeunes épaules d’adolescente, porte le lourd fardeau qui consiste à permettre à un film mal réalisé de soulever quand même un certain intérêt.

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives