Littoral – Film de Wadji Mouawad

Littoral, tiré de la pièce éponyme de Wadji Mouawad peut être considéré comme une prémisse à Incendies réalisé par Denis Villeneuve cinq ans plus tard.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2009/01/littoral.jpeg
Image publicitaire du film Littoral de Wajdi Mouawad (2004) - la famille recomposée

Image publicitaire du film Littoral de Wajdi Mouawad – la famille recomposée (coll. filmsquebec.com)

Pour sa première incursion au grand écran, le dramaturge libano-québécois Wadji Mouawad a choisi d’adapter Littoral, sa pièce montée au Théâtre de Quat’Sous en 1997. Premier volet d’une trilogie traitant de l’exil, Littoral suit le parcours de Wahab, un jeune québécois parti enterrer son père au Liban, son pays d’origine. Le comédien et auteur dramatique Steve Laplante, qui incarnait Wilfred, le personnage central de la pièce, reprend ici son rôle.

Dans une entrevue accordée à Luc Perreault de La Presse, Wajdi Mouawad, interrogé sur le risque de la perte de l’imaginaire de la pièce, précisait : « Ma façon de rester dans l’imaginaire, c’était de filmer un lieu imaginaire avec des comédiens québécois (ceux de la pièce) qui ne sont pas libanais, qui ne sont jamais allé au Liban et qui ne savent rien du Liban. La manière aussi de composer l’image pour faire en sorte que les vivants et les morts se côtoient, que le père mort se retrouve debout, que ce ne soit pas un vrai cadavre mais un comédien qui fait semblant d’être mort, participait de cette démarche. » (La Presse, 30 octobre 2004, cahier cinéma, p. 3)

Le second volet de la trilogie, Incendies, a été adapté au grand écran par Denis Villeneuve en 2010. La troisième partie, intitulée Forêts, n’a pour l’instant fait l’objet d’aucune adaptation au cinéma.

Image extraite du film Littoral de Wajdi Mouawad - l'arrestation par les forces de l'ordre syriennes (coll. filmsquebec.com)

Image extraite du film Littoral de Wajdi Mouawad – l’arrestation par les forces de l’ordre syriennes (coll. filmsquebec.com)

Réception critique

Au Québec, les résultats d’exploitation de Littoral furent plutôt faibles (5 000 spectateurs au Québec). Ils furent secondés par des critiques généralement défavorables dont voici quelques extraits.

Il aboutit ici à un film incongru, où le savoir-faire du metteur en scène pour les images lourdement chargées de sens se déploie souvent au détriment du senti nécessaire à l’identification au personnage principal… Nous sommes en présence d’une tragédie après tout! Au-delà de l’imposant dispositif narratif, le rythme global de l’ensemble et ses nombreux raccords réussissent tout de même à former un tout dynamique; on y sent une pulsation dramatique rodée au quart de tour évitant les temps morts et disposant des nombreux éléments du récit avec un élan certain. (-Charles-Stéphane Roy, Séquences : la revue de cinéma, n° 234, p. 39)


Littoral est entièrement composé de glissements, d’un temps vers un autre et d’un lieu vers un autre – parfois de façon superbe à l’intérieur d’un même plan -, de la vie vers la mort et de la mort vers la vie qu’elle engendre, du réel vers le rêve avec lequel il perd ses frontières. Si cette position précaire, instable, dans laquelle se tient le cinéaste lui fait quelquefois perdre pied l’espace de très brefs moments, il sait toujours rattraper la situation avec intelligence, au point même de nous faire éprouver quelque frisson d’émotion devant la justesse de ce qu’il met à nu. (-Marie-Claude Loiselle, 24 images, n° 119, p. 12)


Wajdi Mouawad est un auteur dont les textes ne laissent jamais oublier ce qu’ils sont. Des textes. Les mots sont choisis, agencés, pensés. Nombreux. Impossible, donc, d’oublier le travail d’écriture et de se laisser aller à suivre ce voyage initiatique d’un jeune homme qui veut enterrer son père au Liban, sa terre natale. Et se heurte à l’hostilité de tous. Qui finit par déteindre sur les spectateurs. (-Sonia Sarfati, La Presse, 26 mars 2005)


Malgré la meilleure volonté du monde, nous serons bien peu à croire que Gilles Renaud puisse incarner – au cinéma s’entend; au théâtre, c’est autre chose – le père libanais de Wahab ; pas plus qu’Isabelle Leblanc ait vécu toute sa vie au Moyen-Orient, ou que David Boutin soit syrien… Surtout, on aura du mal à comprendre comment certains personnages épousent de tout leur être la quête personnelle d’un individu qu’ils ont rencontré par hasard il y a quelques minutes à peine. (-Marc-André Lussier, La Presse, 14 septembre 2004, Arts et spectacles, p. 3)

Image extraite du film Littoral de Wajdi Mouawad - le transport du corps - (coll. filmsquebec.com)

Image extraite du film Littoral de Wajdi Mouawad – le transport du corps – (coll. filmsquebec.com)

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives