Tuktuq – Film de Robin Aubert

Quatrième long métrage réalisé par Robin Aubert, Tuktuq a été présenté en première mondiale lors de la 35e édition du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2016/10/tuktuq_affiche.jpg

Lien YouTube : http://youtu.be/watch?v=G2EzOYswwqA

En attendant Les affamés son prochain film de zombies prévu sur les écrans en 2017, Robin Aubert nous livre Tuktuq, son quatrième long métrage qui nous transporte dans le Grand nord canadien. Ce docufiction s’inscrit comme le pendant nord-américain à son aventure indienne, superbement rendue dans À quelle heure le train pour nulle part, qui relatait l’errance d’un homme parti à la recherche de son frère disparu sans laisser de traces. La disparition des repères, des croyances et des valeurs collectives, c’est aussi un peu ce qui anime cet étrange Tuktuq, un projet atypique filmé sans budget ou presque.

Le film a eu droit à sa première mondiale au 35e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue le 1er novembre 2016. Il y a remporté le Prix Communications et Société.

À propos

Les plans fixes, presque photographiques, se sont imposés d’eux-mêmes. Le moindre mouvement devenait futile. Il proposait une forme que le contenu ne voulait pas. Le village est comme devenu le sujet d’ancrage du film. Un village, ça ne bouge pas, à moins de le déplacer. Ce sont ses habitants qui se meuvent autour. C’est pour ça qu’il s’est créé aussi une sorte d’anonymat autour des gens. Pour faire parler les bâtisses et le décor. Ce n’est pas un film de personnages, c’est un film de maisons, de territoire.

Les conversations téléphoniques entre Martin et le Sous-Ministre sont un langage de sourd. Il y a de l’ironie et de la dérision là-dedans : deux blancs nord-américains qui refont le sort d’un peuple qu’ils ne connaissent pas. Ça permet des absurdités kafkaïennes dans la pensée et la parlure. Je me suis amusé avec ça. J’avais besoin d’idéalisme d’un côté de cynisme de l’autre. J’avais besoin d’humour et de grands espaces. Quelque chose qui ressemble à la nature propre des Inuits.

Robin Aubert dans Tuktuq (2016 - prod. Lynx Films)

Robin Aubert dans Tuktuq (2016 – prod. Lynx Films)

La genèse du récit provient d’une histoire vraie, actuelle. Une minière qui s’impose dans un village et qui fini par le déplacer. Ça n’a rien d’extraterrestre. C’est vrai, et lorsqu’on s’informe le moindrement, on découvre des aberrations tant ça n’a aucun sens ce que le gouvernement est en train de faire avec le Nord. Quand on met un médecin à la tête d’un “pays”, inévitablement il va couper de manière drastique, avec un bistouri, sans émotions. Le film a été tourné en 2012, en pleine révolution étudiante, sous la gouverne d’un autre Premier Ministre. Le film a été monté en 2016, et ironiquement, le propos demeure intact. Ça fait peur. Mais encore là, c’est très kafkaïen.

Extrait du dossier de presse du film

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives