Fantasia 2017: quand la science rejoint la fiction

Dernier volet de notre couverture des courts métrages Fantasia, avec cette semaine le programme « Science-fiction » constitué d’une quinzaine de films mettant principalement en avant d’inquiétantes visions d’univers futuristes.

Image extraite du film Comme les dinosaures d'Émilie Rosas (source Festival Regard)

Image extraite du film Comme les dinosaures d’Émilie Rosas (source Festival Regard)

Dernier volet de notre couverture des courts métrages Fantasia, avec cette semaine le programme « Science-fiction » (sjɑ̃sfiksjɔ̃). Un programme constitué d’une quinzaine de films animés et en images réelles mettant principalement en avant d’inquiétantes visions d’univers futuristes, post-apocalyptiques ou non. D’une qualité d’ensemble globalement très intéressante, ces films nous ont permis de voir à l’œuvre plusieurs cinéastes de la relève qui, en dépit de budgets que l’on imagine assez limités, font preuve d’une étonnante maîtrise des effets visuels. Voici nos trois choix.

AM – Marc-Olivier Comeau – Première mondiale à Fantasia – Tandis qu’à la radio une émission parlée recueille les témoignages d’auditeurs ayant déjà communiqué avec d’autres entités, un scientifique dans son labo découvre un langage permettant d’entrer en relation avec des plantes… Cette découverte ne sera pas sans conséquences. Avec visiblement très peu de moyens (un personnage qu’il incarne lui-même, un décor de labo « patenté » avec des appareils électroniques disparates), Marc-Olivier Comeau parvient à mener avec brio un récit dont le mystère se révèle à la toute fin. Il profite également de la voix off de son émission de radio pour donner du piquant à ses images. Simple et efficace. (3/5)

 

 

Comme les dinosaures – Émilie Rosas – Avec: Nicolas Fontaine, Rosalie Fortier – Prod. Chasseurs films – À la maison, ses parents ne se supportent plus. À l’école, ses camarades et son prof ne le croient pas lorsqu’il parle d’apocalypse. Alors, après avoir amassé vivres et munitions, Daniel part se réfugier dans le bois, loin de toute civilisation. Sans doute le plus ambitieux de ce programme, le film s’enrobe d’une atmosphère de fin du monde particulièrement juste, grâce entre autres à la direction photo signée Claudine Sauvé. La musique de Philippe Brault et la direction d’acteurs y sont aussi pour beaucoup. Remarquée avec son premier film, le très drôle Les bons termes selon Dewey en 2011 et surtout avec l’intense Les cennes chanceuses en 2014, Émilie Rosas a devant elle une carrière prometteuse que l’on suivra de près. (3,5/5)

 

 

UPLOAD:U – Samuel E. Mac – Première mondiale à Fantasia – Avec : Lee Marshall – Prod.: Outland View Productions – C’est simple la vie quand on a à la maison un compagnon virtuel qui répond au doigt et à l’œil à tous nos désirs et qui nous permet de vivre par procuration l’illusion de la plénitude. C’est ce que se dit en permanence Jane qui possède un gentil appareil de la sorte chez elle, jusqu’au jour où une expérience tourne mal… Samuel E. Mac remet au goût du jour et avec brio le mythe de Frankenstein dans ce récit adroitement construit mettant en avant une dérive aussi virtuelle que dangereuse de la technologie VR. Encore une fois, c’est simple et efficace, même si on aurait aimé que la conséquence du rebondissement final soit montrée de manière un peu moins graphique, un peu plus mystérieuse. (3/5)

 

Mots clés

Contenus similaires

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives