Allées de la terre, Les – Film d’André Théberge

Dans son deuxième long métrage, le réalisateur dépeint l’angoisse existentielle d’un couple « épris de sincérité et d’absolu ».

https://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/allees-de-la-terre_andre-theberge_collin_curzi.jpg
Frédérique Collin et Pierre Curzi dans le film "Les allées de la terre" d'André Théberge (archive presse)

Frédérique Collin et Pierre Curzi dans le film « Les allées de la terre » d’André Théberge (archive presse)

Produit par l’Office national du film du Canada, Les allées de la terre est le deuxième long métrage écrit et réalisé par André Théberge. Ce drame psychologique dont le titre est emprunté à une phrase tirée du célèbre recueil Paysan de Paris d’Aragon, suit le parcours intérieur d’un couple d’acteurs qui tente de réapprendre à vivre ensemble après une longue séparation. Théberge retrouvait pour l’occasion la comédienne Frédérique Collin qu’il avait dirigée dans Question de vie, son premier film. À ses côtés, Pierre Curzi incarnait son amant, qui fait l’amer constat de la précarité des rapports humains. André Melançon faisait également partie de la distribution, tout comme le jeune Gilbert Sicotte, dans ce qui était son deuxième rôle au cinéma après Montréal Blues de Pascal Gélinas.

Moins connu que Question de vie, moins plébiscité aussi, Les allées de la terre a été présenté au public par l’ONF dans sa salle de l’Île Sainte-Hélène reconvertie sur les restes de l’Auditorium DuPont créé pour l’Expo 67. En avril 1974, le film a fait partie de la sélection de la deuxième édition de la semaine du cinéma québécois, ancêtre des actuels Rendez-vous Québec Cinéma.

Critique d’époque

Le film fourmille de notations poétiques qui sont souvent des trouvailles de style et qui me rappellent à certains moments l’esprit des romans de Boris Vian. Mais malheureusement ces moments me semblent noyés dans un tout dont l’originalité paraît douteuse. Toutes les séquences conçues comme une critique du théâtre expérimental de groupe détonnent énormément. On aurait souhaité un Théberge moins sarcastique, lancé à fond de train dans son entreprise de reconstruction du couple. Mais déjà Lefebvre est passé par là avec sa “ Chambre blanche ”… (Luc Perreault, La Presse, 29 juin 1973, p. A8)

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives