Quiconque meurt, meurt à douleur – Film de Robert Morin

Quiconque meurt, meurt à douleur est un drame réalisé de Robert Morin. Ce film cru et lourd de sens aborde le thème de la marginalisation des toxicomanes.

https://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2013/04/quiconque-meurt-meurt-a-douleur.jpg

Pour présenter son film Quiconque meurt meurt à douleur, Robert Morin expliquait : «Je ne voulais pas faire un film sur la dope comme tel, je voulais faire un film politique. C’est-à-dire comment les gens qui sont dans la dope voient la société. On les met en marge, et de la marge, ils ont une vision bien particulière de la société. C’est ça qui m’intéressait.» (Robert Morin, propos recueillis par Bryan Dionne parus dans L’Itinéraire, mars 1998). En mars 1998, dans la revue Hors Champ, morin ajoutait : «Si j’avais voulu faire un Walt Disney, à la fin, les junkies seraient descendus les mains en l’air, quelqu’un les auraient convaincus d’embarquer sur des programmes de métadone et de devenir du bon monde. Ç’aurait été un happy ending. Mais quelque part, la réalitém’intéresse, alors c’est difficile d’être optimiste

Quiconque meurt meurt à douleur est tout simplement l’un des films les plus forts du cinéma québécois. Réalisé à la façon d’un documentaire choc, ce qui lui confère une véracité plus grande que nature, Quiconque meurt meurt à douleur est un film qui, à la fois par son propos et par ses mises en situation, n’est pas à mettre entre toute les mains. C’est pour cela qu’il reste si longtemps en mémoire. Il fut déclaré meilleur long métrage québécois en 1998 par l’Association québécoise des critiques de cinéma

Le film est aussi connu sous le titre anglais Whoever Dies, Dies in Pain.

Trame sonore

La trame sonore du film Quiconque meurt, meurt à douleur est disponible en CD, ©1998 Éditions Mythologie Urbaine, Coop Vidéo

Résumé

Un cameraman de téléjournal sur les talons, des policiers font une descente dans une piquerie. Mais les choses tournent mal : les junkies sont armés. Dans la débandade, le cameraman et deux policiers sont pris en otage. La maison est encerclée. Durant les trente-six heures de la durée du siège, et jusqu'à épuisement de leur stock les assiégés forceront le cameraman à enregistrer leur version de l'existence.

Source : Coop Vidéo de Montréal

Distribution

Alain, Cylvie, Claude, Jacques, James, Jean, Jean-Marie, Jennifer, Michel, Patrick, Stéphane, Valéri (comédiens non professionnels)

Fiche technique

Genre: Drame social, docufiction - Origine: Québec, 1997 - Sortie en salles: 27 décembre 1998 - Durée: 1h30 - Visa: 16 ans et plus - Budget approximatif: 300 000$

Réalisation et Scénario: Robert Morin - Production: Lorraine Dufour - Société de production: Coop Vidéo de Montréal avec la participation financière de Téléfilm Canada, Conseil des arts du Canada, SODEC, Conseil des arts et des lettres du Québec, crédits d'impôts provinciaux- Distribution: Film Tonic

Équipe technique - Costumes: Sophie Lefèbvre - Direction artistique: André-Line Beauparlant - Mixage: Jacques Comtois - Montage: Lorraine Dufour - Musique: Guy Leblanc, Bob L'Aboyeur, Les Psynoportuns - Photographie: Jean-Pierre St-Louis - Son: Marcel Chouinard, Louis Dupire

Infos DVD/VOD

Le film est disponible au Québec en DVD, dans le volume 9 du coffret des oeuvres de Robert Morin intitulé Des "tapes" essentiels, paru aux Éditions Vidéographe.

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives