Ruth – Film de François Delisle

Premier film du cinéaste François Delisle, Ruth explore avec pudeur et émotion le drame de la jeunesse en voie de mutation.

https://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2009/02/ruth_delisle.jpg

Lien YouTube : https://youtu.be/watch?v=6i06NCaHl-M

Ruth est le premier long métrage du réalisateur québécois François Delisle. Succès critique sans aucun doute, le film eut droit à plusieurs projections internationales (un fait pas très fréquent dans ce milieu des années 90) et remporta le titre de meilleur film de l’année et du meilleur scénario aux Rendez-vous du cinéma québécois en 1994.

Ce film est dédié à la mémoire de Paul-Émile Delisle et Ruth Courtemanche. À noter que la jeune comédienne Ariane Frédérique était dans la distribution du film de Claude Jutra réalisé en 1985, la Dame en couleurs.

Ruth n’eut droit qu’à une sortie en salles confidentielle, qui attira seulement 410 spectateurs.

Résumé

Ruth, jeune femme à peine sortie de l'adolescence, quitte la maison familiale de Kamouraska pour aller s'installer à Montréal, chez Jean-Paul, son "maudit grand-frère". Indépendante et obstinée, Ruth est en froid avec sa famille. À la première occasion, elle trouve le réconfort dans les bras de Robert, le voisin de palier de Jean-Paul. Faisant face à la réprobation générale, Ruth emménage chez Robert et vit avec lui des instants de pur bonheur.

Mais Robert hésite, il y a de grandes différences entre lui et Ruth, à commencer par la différence d'âge. Il faut alors bien peu d'efforts de Jean-Paul, pour convaincre son voisin de mettre un terme à cette relation. Ce qui est fait.

Ruth disparaît pendant plusieurs semaines. Jean-Paul la revoit quelques mois plus tard. Elle vit avec Yves, son nouveau chum rencontré un soir de beuverie. Avec lui, c'est plus une transition, Ruth reste dans l'attente de la vraie vie, du vrai amour. Sans travail, Ruth est une éternelle mécontente de la vie. Toujours déçue, incapable d'accéder à ses rêves, elle fait une tentative de suicide.

©Charles-Henri Ramond, décembre 2009