Vindicator, The – Film de Jean-Claude Lord

Neuvième long métrage mis en scène par Jean-Claude Lord, The Vindicator fut tourné à Montréal au milieu des années 80. Devenu culte, le film reprend le mythe de Frankenstein dans une intrigue futuriste à forte teneur technologique.

https://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2011/07/vindicator_poster-canada.jpg

The Vindicator est un drame de science-fiction réalisé par Jean-Claude Lord, qui, pour son neuvième long métrage en carrière, signe une version moderne de la légende de Frankenstein dont l’action se situe dans l’univers de la haute technologie. C’est l’acteur torontois David McIlwraith qui endosse le costume de ce monstre sympathique victime de la science. Un costume qui fut conçu à Los Angeles par le Stan Winston Studio (Aliens, Predator) et qui a demandé 12 semaines de fabrication.

Exploité en salles au Québec sous le titre Frankenstein 2000, le film avait été présenté au préalable à la télé payante sous le titre Frankenstein 88.

David McIlwraith dans le rôle du Frankenstein moderne dans The Vindicator de Jean-Claude Lord (image tirée du film - Collection filmsquebec.com)

David McIlwraith dans le rôle du Frankenstein moderne dans The Vindicator de Jean-Claude Lord (image tirée du film – Collection filmsquebec.com)

Mot du réalisateur

Après Covergirl [1], je suis resté trois mois sans tourner. J’avais divers projets mais rien n’aboutissait. Quand on monte des projets, ça coûte de l’argent. C’est dire que je m’étais beaucoup endetté. Quand on m’a proposé The Frankenstein Factor [2], nous étions en train de perdre notre maison. J’ai donc accepté de faire le film, même si, au départ, c’était un film d’horreur. J’avais prévu que je pourrais améliorer sensiblement le scénario. La 20th Century Fox avait délégué à Montréal deux membres de son exécutif pour réécrire le scénario. Aussi nous en sommes venus à une entente. Sauf qu’il y a eu un balayage à la 20th Century Fox alors que nous étions rendus au tiers de la réécriture du scénario. Tous ceux qui avaient accepté le projet ont été remerciés. La nouvelle administration ne s’engageait pas à respecter les anciens projets. Il y eut une guerre à finir entre la 20th Century Fox de Hollywood et la Dalco de Montréal, la compagnie qui produisait le film. Ce qui n’est pas un stimulant pour travailler. J’ai pu faire le film grâce à de bons comédiens. C’est un film qui a coûté 3 millions de dollars [3]. Le producteur misait sur les effets spéciaux et les bagarres. Il y en avait tellement de prévus dans le film que l’argent ne suffisait pas pour les réussir. De plus, l’histoire était boiteuse. J’ai essayé de donner une certaine crédibilité à l’ensemble. J’ai supervisé le premier montage. Mais la production avait décidé de faire un film d’action. Or, tout ce qui caractérisait les personnages était rejeté. Le montage a été repris pour faire du film de la « cheap exploitation ». Pendant un an, je n’ai plus entendu parler du film. Je pensais qu’il ne sortirait jamais, parce que la Dalco était toujours en conflit légal avec la 20th Century Fox. Il faut avouer que ça demeure un film dont je ne suis pas content du tout.

Extrait de l’entretien accordé à Léo Bonneville « Jean-Claude Lord : Lance et compte. » Séquences 128 (1987): 12–20.

Notes : [1] film de télévision renié par Lord ; [2] titre de travail de The Vindicator ; [3] en réalité plus de 4,1 millions

L'actrice américaine Pam Grier est la chasseuse de monstre dans The Vindicator de Jean-Claude Lord (image tirée du film - Collection filmsquebec.com)

L’actrice américaine Pam Grier est la chasseuse de monstre dans The Vindicator de Jean-Claude Lord (image tirée du film – Collection filmsquebec.com)

Critique d’époque

Le scénario brille par son incohérence, les personnages sont mal définis et subissent des revirements psychiques incroyables d’illogisme, la musique agace et fatigue, les acteurs sont mal dirigés. La mise en scène s’avère quelconque, molle, vide. Lord utilise des effets-chocs complètement déplacés et gratuits qui nuisent à la crédibilité déjà vacillante du film. (-André Caron, Séquences, Numéro 130, Août 1987)

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives