Because Why – Film d’Arto Paragamian

Comédie urbaine photographiée par André Turpin, Because Why est un portrait doux-amer de la société québécoise perdue quelque part entre « l’être et le néant ».

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2008/12/because-why_affiche_bw.jpg
Image de l'immeuble utilisé pour le film Because Why d'Arto Paragamian

L’immeuble de Because Why d’Arto Paragamian – (image tirée du film – Collection filmsquebec.com)

Because Why (Pourquoi pas en version française) est le premier long métrage du réalisateur Arto Paragamian, un jeune montréalais à qui l’on doit les courts The Fish Story (1987) et Across the Street (1988), tous les deux récipiendaires du prix du meilleur film au Festival du cinéma étudiant canadien qui se déroulait durant le FFM. Arto Paragamian n’a cependant jamais vraiment confirmé les promesses engendrées par ses courts et ce premier long remarqué, qui obtint le prix du public au festival international du film de Mannheim-Heidelberg en Allemagne ainsi que le « Bronze Award » au Tokyo International Film Festival de 1993.

Ce n’est pas un film réaliste, mais tout ce qui s’y passe est possible. Il ne s’agit pas de déclencher le rire à tout prix. Je crois que, pour être drôle, il faut au départ que ce qu’on raconte soit possible. Mais, contrairement à Denys Arcand pour Love and Human Remains, son nouveau film que je trouve excellent, j’ai voulu, quitte à passer pour naïf, que Because Why s’imprègne d’un humour franc, plutôt que d’un humour amer et cynique. Je crois que, pour les jeunes de ma génération, leur sens de l’humour constitue leur grande force, et leur meilleur moyen de survivre dans le monde d’aujourd’hui. » (Arto Paragamian, entrevue avec La Presse, 22 janvier 1994, p. D2)

Image de Heather Mathieson dans Because Why d'Arton Paragamian

Heather Mathieson dans Because Why d’Arto Paragamian – la jeune mère célibataire – (image tirée du film – Collection filmsquebec.com)

Analyse

Filmé en grande partie dans un immeuble des années trente qui pourrait être situé dans le quartier Côte-des-Neiges à Montréal, le film montre les incompréhensions, les non-dits et les hésitations des résidents et en particulier d’un jeune en quête de l’âme soeur, des deux jeunes femmes qu’il courtise et de son ami Arto. Visiblement gêné, tout ce petit monde qui ne sait trop comment aborder son voisin, se côtoie sans se parler vraiment, tente de se rapprocher, mais hésite sans cesse sur la voie à privilégier.

Ce n’est d’ailleurs que lors d’une panne de courant prolongée que les protagonistes se regroupent et parviennent enfin à échanger, décidant même d’aller tous ensemble passer une fin de semaine de camping en forêt. L’effondrement de l’institution québécoise comme remède à l’isolement ? C’est peut-être ce que tente de nous dire le cinéaste, d’origine étrangère et regardant ici sa terre d’accueil avec un certain détachement. Immergés dans une nature apaisante, tous tenteront finalement de mettre un terme à l’incommunicabilité qui les plonge quelque part entre « l’être » et le « néant », à l’instar de cette discussion des deux papys de l’immeuble devisant sagement sur un tronc d’arbre, l’une des scènes les plus drôles du film (photo ci-dessous).

Les deux vénérables résidents sur leur "banc de parc" dans Because Why d'Arto Paragamian

Les deux vénérables résidents sur leur « banc de parc » dans Because Why d’Arto Paragamian – (image tirée du film – Collection filmsquebec.com)

Trame sonore

La trame sonore de Because why contient Marimbarimboba, traditionnel brésilien adapté arrangé et joué par Nana Vasconcelos), Escalay de H. El Din joué par le Kronos Quartet et Sogni Caraibici de Antonello Solis joué par Antonello Solis et Nana Vasconcelos (crédits du générique final).

Réception critique

Paragamian réussit à parler de l’époque, de ce présent sans avenir, avec une malice qui empêche le pathos de contaminer son récit. Because Why est un film aérien, plein de douceur et de mélancolie, qui, l’air de rien, révèle la vacuité et le non-sens de la vie. (André Roy, 24 images, n° 70, p. 69)

Paragamian utilise l’image cinématographique avec beaucoup de créativité: par exemple, la cabine téléphonique où est enfermé Alex se trouve non seulement dans un endroit inusité et impersonnel, mais également au-dessus de deux voies d’autoroutes, chacune allant dans une direction opposée, comme pour mieux symboliser les tiraillements d’un personnage qui aura constamment à faire des choix: Alya ou Anne, l’amour ou les enfants, partir ou rester, se fixer ou errer. (Éric Beauchemin, Séquences : la revue de cinéma, n° 170, p. 41)

Arto Paragamian démontre un esprit inventif, un ton déjà personnel, et un humour réjouissant (jamais cynique), peut-être particulier aux enfants nés ici de parents venus d’ailleurs. (Huguette Roberge, La Presse, 29 janvier 1994, p. D8)

Martine Rochon (g.) et Michael Riley (d.) dans Because Why d'Arto Paragamian

Martine Rochon (g.) et Michael Riley (d.) dans Because Why d’Arto Paragamian – Alex et Alya, un couple ? Pas vraiment – (image tirée du film – Collection filmsquebec.com)

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives