Cri de la nuit, Le – Film de Jean Beaudry

Cinquième long métrage de fiction réalisé ou coréalisé par Jean Beaudry, Le cri de la nuit est un drame psychologique scénarisé par l’auteur des réputés Matins infidèles (1984) et Jacques et Novembre (1989).

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2017/08/cri-de-la-nuit_VHS_filmsquebecdotcom.jpg
Image de Pierre Curzi et Félix-Antoine Leroux dans le film Le cri de la nuit

Pierre Curzi et Félix-Antoine Leroux dans Le cri de la nuit de Jean Beaudry (image extraite du film (capture VHS) – Collection filmsquebec.com – Reproduction interdite sans autorisation)

Cinquième long métrage de fiction réalisé ou coréalisé par Jean Beaudry, Le cri de la nuit est un drame psychologique scénarisé par l’auteur des réputés Matins infidèles (1984) et Jacques et Novembre (1989).

À bien des égards, les thèmes abordés par Beaudry (jeunesse et suicide, mâle incertain quant à une possible paternité, solitude urbaine…) ainsi que sa tonalité très sombre malgré une finale heureuse, font de Le cri de la nuit une oeuvre typique du corpus dramatique québécois des années 80-90. Le film se déroule de nuit dans les corridors vides d’un Cégep de Montréal et relate la rencontre d’un gardien de sécurité (Pierre Curzi) qui vient de séparer de sa blonde enceinte (Louise Richer) et d’un étudiant en train de se préparer au suicide (Félix-Antoine Leroux). Ce dernier avait d’ailleurs déjà incarné le rôle du fils de Pierre Curzi dans Les Plouffe et celui de Louise Richer dans La grenouille et la baleine.

« C’est la rencontre de deux inconnus, un homme de 45 ans, qui refuse de donner la vie, et un adolescent, qui ne tient plus a la sienne. Mais en s’occupant de Nathaël, en lui parlant de sa passion pour les étoiles, en lui accordant l’attention que le jeune homme n’a jamais eue de son père, à son insu, Pierre le fera renaître. De son côté, Nathaël, qui voulait mourir, se trouvera en mesure, non seulement de sauver la vie de Pierre, mais aussi de l’aider, à dire oui à une vie nouvelle. » (Jean Beaudry en entrevue dans La Presse, 16 mars 1996, p. C-2)

Longtemps connu sous le titre choc Une nuit en pleine gueule, ce drame intimiste avait reçu un accueil plutôt chaleureux de la critique, mais ne put attirer plus de 1 000 spectateurs en salle. Il n’a jamais été édité en format DVD.

Critiques d’époque

Des qualités techniques indéniables, avec jeux de caméra judicieux, mais une histoire qui s’enlise un peu et ennuie vaguement. Le ton est au voyage initiatique et aux transmutations intérieures, mais les dialogues assez faibles n’ont pas la profondeur et la sensibilité des films précédents de Beaudry, comme Jacques et Novembre et Les Matins infidèles. (Odile Tremblay, Le Devoir, 23 mars 1996, p. B-5)


Le cri de la nuit est un film sincère et sans compromis, dans lequel Beaudry poursuit avec application sa réflexion intimiste sur l’existence. Si, fondamentalement son discours n’a pas vraiment changé depuis ses films en collaboration avec François Bouvier, c’est au niveau formel que Beaudry (en solo) semble vouloir adopter un style plus expressif et aussi plus enclin à évoquer des images poétiques et symboliques. (Carlo Mandolini, Revue Séquences, No 183 — Mars/avril 1996, p. 13)

Image de Pierre Curzi et Louise Richer dans le film Le cri de la nuit

Pierre Curzi et Louise Richer dans Le cri de la nuit de Jean Beaudry (image extraite du film (capture VHS) – Collection filmsquebec.com – Reproduction interdite sans autorisation)

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives