Démantèlement, Le – Film de Sébastien Pilote

Dans Le démantèlement, son second long métrage fort réussi, Sébastien Pilote s’est demandé « comment je pouvais raconter l’histoire d’un personnage qui remonte en même temps qu’il descend ».

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2013/11/demantelement.jpg

Lien YouTube : http://youtu.be/watch?v=o1AURv-dmcw

Le démantèlement est un drame rural, réalisé par Sébastien Pilote, remarqué par son court Dust Bowl Ha! Ha! et plébiscité par la critique et le public pour son premier long métrage Le vendeur. À l’instar de ce dernier, ce second film est un portrait intimiste d’un homme en fin de parcours qui doit affronter une dure réalité. Dans Le démantèlement, Sébastien Pilote porte un regard attendri sur un homme qui aura trimé dur toute sa vie pour vivre sur sa terre, mais qui devra se sacrifier une dernière fois pour aider sa fille en difficulté.

Présenté en première mondiale à la Semaine de la Critique de Cannes, le film avait remporté le prix SACD. Vendu dans plusieurs pays européens, il fera l’ouverture de l’événement Cinéma du Québec à Paris fin novembre et sortira en France le 4 décembre par l’entremise de Sophie Dulac Distribution.

À noter que Le démantèlement est le dernier film sur pellicule 35 mm développé chez Technicolor à Montréal [1].

Bannière promotionnelle fran^caise du film Le démantèlement (©Sophie Dulac Distribution)

Bannière promotionnelle française du film Le démantèlement (©Sophie Dulac Distribution)

Entretien avec le réalisateur

Ci-dessous, un extrait de l’entretien accordé par le réalisateur à Michel Coulombe, disponible dans le dossier de presse du film.

Votre film rappelle un roman d’Honoré de Balzac, Le père Goriot, dans lequel un homme se défait de ses biens par amour pour ses filles. Est-ce l’étincelle de départ du projet ou y avez-vous pensé en cours d’écriture ?

L’étincelle vient plutôt de l’histoire d’un ami qui n’a pas voulu prendre la relève de son père maraîcher. Il a d’ailleurs réalisé un court film sur ce sujet. Je suis aussi parti d’une phrase de François Truffaut. Après avoir connu un échec, il avait affirmé qu’un film consacré à un personnage sur une pente descendante ne pouvait pas fonctionner. Il n’avait bien sûr pas connu le succès du Titanic ! Je me suis demandé comment je pouvais raconter l’histoire d’un personnage qui remonte en même temps qu’il descend. J’avais ce paradoxe en tête quand j’ai pensé à un éleveur de moutons. La référence religieuse me plaisait, tout comme l’idée de partir de la fin de mon premier film, Le vendeur. On y assistait à la fermeture d’une usine. Or ce qui vient après la fermeture, c’est le démantèlement.

Au milieu de tout cela, je suis retombé sur Le père Goriot. En relisant ce roman, j’ai constaté à quel point il y avait des parallèles avec ce que je souhaitais raconter. J’ai donc décidé d’approfondir certaines idées et de paraphraser ce classique de la littérature française en gardant quelques phrases et le sentiment de paternité développé à l’excès. En fait, mon film est le prequel, au pays des cow-boys, du Père Goriot, lui-même inspiré du Roi Lear !

Vous avez confié le rôle de Gaby à Gabriel Arcand, un acteur que l’on associe souvent à des personnages d’ermites ou de solitaires.

Je le connaissais à travers les films de Denys Arcand et de Gilles Carle, notamment Les Plouffe, et je savais que c’était un acteur très rigoureux. Quand je lui ai proposé le rôle, il m’a invité à prendre mon temps et m’a parlé d’acteurs américains qui auraient fait l’affaire, selon lui, notamment Harry Dean Stanton, et cela m’a plu, car nous avions la même référence. Nous avons donc fait des bouts d’essai. Je voulais un acteur très américain. Une pièce d’homme. Dans le scénario, je décrivais Gaby comme un « vieux nègre sagace et las », en me référant à Jack Kerouac. J’ai pensé à Gabriel Arcand à cause de sa photogénie, de ses yeux. Je me disais que si j’arrivais à le faire sourire, ce serait gagné ! Il est arrivé sur le tournage très en forme et basané parce qu’il avait travaillé dans son jardin tout l’été.

Affiche française du film Le démantèlement (Sébastien Pilote, 2013 - ©Sophie Dulac Distribution)

Affiche française du film Le démantèlement (©Sophie Dulac Distribution)

Vous avez tourné en décors naturels, notamment dans une bergerie.

J’ai rencontré un éleveur dont la ferme voisinait une maison inhabitée. Nous l’avons complètement refaite. Nous avons filmé des troupeaux à Normandin, Saint-Coeur-de-Marie et Hébertville. Ils paraissent n’en former qu’un seul. Ce n’est pas facile de diriger des moutons. Si l’un d’eux se lance dans un lac, tous les autres suivent aussitôt et le berger doit plonger à son tour pour leur éviter la noyade ! On y a perdu des heures. Le troupeau s’est sauvé à des kilomètres au moment où on allait tourner et il n’y avait rien d’autre à faire que d’attendre que l’on ramène les bêtes. Heureusement, les gens de l’équipe ont appris à les apprivoiser !

Référence : [1] dixit Sébastien Pilote dans le dossier de presse du film

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives