Déroute, La – Film de Paul Tana

Quatrième long métrage de Paul Tana, La déroute relate l’histoire d’un immigrant itlaien a qui tout a réussi… mais qui subitement se sent incapable de transmettre ses valeurs à sa fille, éprise d’indépendance.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2017/08/deroute_VHS_filmsquebecdotcom.jpg

-01-01

Tony Nardi et Michèle Barbara Pelletier et une gifle bien sentie dans La déroute de Paul Tana

Tony Nardi et Michèle Barbara Pelletier et une gifle bien sentie dans La déroute de Paul Tana (image extraite du film (capture VHS) – Collection filmsquebec.com – Reproduction interdite sans autorisation)

La déroute est un drame réalisé par le cinéaste d’origine italienne Paul Tana. Il est question ici d’un italien ayant réussi en affaires mais dont la vie personnelle est minée par une femme partie très tôt, un fils trisomique, et une fille de 23 ans éprise de liberté.

Dans ce quatrième film, Tana continue de parler de ses racines, illustrant diverses facettes de l’exil et de la transmission des valeurs cuturelles. Cependant, comparativement à ses précédentes réalisations, Les grands enfants, Caffé Italia Montréal, et La Sarrasine, La déroute est une oeuvre faite de passion bouillonnante, une rupture radicale faite de tonalités plus amères. Différents aspects de l’intégration y sont montrés (l’immgirant de classe populaire, l’entrepreneur rendu aveugle par la réussite sociale, le clandestin qui veut s’intégrer), et, en corollaire, la transmission des valeurs familiales, culturelles, dans un contexte nouveau, mettant sans cesse en danger leur survivance.

Pierre Lebeau, l'oiseau de mauvais augure dans le film La déroute de Paul Tana

Pierre Lebeau, l’oiseau de mauvais augure dans La déroute de Paul Tana (image extraite du film (capture VHS) – Collection filmsquebec.com – Reproduction interdite sans autorisation)

Le film n’est pas évident à saisir, surtout son propos, qui peut paraître blessant, insultant même, mais qui dénote d’une volonté pour Paul Tana de dire des choses que l’on aimerait mieux ne pas entendre.

« La déroute n’est pas un film « politically correct ». Le regard posé par les immigrants sur les Québécois y apparaît parfois sévère. Mais les Québécois sont souvent mal vus par les immigrants, qui les perçoivent comme des loosers, comme un illogisme sur un continent anglophone. Bien sûr, on n’est pas censés parler de ces choses-là. Mais tant de regards gentils posés sur la réalité de l’autre isole, et chacun demeure sur ses positions. A ne jamais dire les choses, on ne les dépasse jamais non plus. Du moins, ai-je essayé à travers La déroute d’appeler un chat un chat, en y mettant un peu de sang. » (Paul Tana, entrevue Le Devoir, 14 février 1998, p. B 2)

Le 19 février 1998, veille de sa sortie en salles, La déroute avait été présenté en ouverture des seizièmes Rendez-vous du cinéma québécois, durant lesquels Tony Nardi remporta le prix de la meilleure interprétation masculine. Un an plus tard, Tana se retrouvait finaliste du prix du meilleur long métrage québécois décerné par l’Association québécoise des critiques de cinéma (AQCC). C’est Tu as crié Let me Go! d’Anne Claire Poirier qui l’avait emporté.

Malgré un tel succès critique, ce récit cinglant ne trouva pas les faveurs du public (à peine plus de 3 500 spectateurs en salles). Il s’agit à ce jour du dernier long métrage réalisé par Paul Tana.

Tony Nardi tente de conjurer ses mauvais rêves dans La déroute de Paul Tana

Tony Nardi tente de conjurer ses mauvais rêves dans La déroute de Paul Tana (image extraite du film (capture VHS) – Collection filmsquebec.com – Reproduction interdite sans autorisation)

Critiques d’époque

Au cœur de La Déroute il y a donc une série de déchirures, de rendez-vous manqués, que Tana s’applique à révéler à l’aide de situations exaspérées qui, sans répit, sautent d’un extrême à l’autre et joue constamment sur le thème de la dualité et de l’ambiguïté. De la caresse à la gifle, du français à l’italien, de l’eau au feu, de la terre aux nuages et de la vie à la mort. On le voit, le style de Tana semble vouloir tendre vers une dimension autre, plus physique, plus organique. Si le thème de l’immigration l’intéresse toujours, si ce nouveau film est une élaboration logique de son imaginaire de cinéaste, [il] prend cependant une tangente étonnante, qui va bien au-delà de la simple dimension ethnique pour tenter de rejoindre plutôt des sphères plus existentielles, universelles. (Carlo Mandolini, Séquences #195 (1998) p,33)


La déroute, à mon avis le meilleur film de Tana, va au bout de sa logique, au bout de la passion brûlante et destructrice qui lie un homme déraciné à sa fille. La tension monte avec force, fait un peu de sur-place à mi-parcours mais bascule avec assurance dans la tragédie. (Odile Tremblay, Le Devoir, 21 février 1998, p B 5)

Tony Nardi et Michèle Barbara Pelletier s'affrontent dans le film La déroute de Paul Tana

Tony Nardi et Michèle Barbara Pelletier s’affrontent dans La déroute de Paul Tana (image extraite du film (capture VHS) – Collection filmsquebec.com – Reproduction interdite sans autorisation)

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives