Salopes ou le sucre naturel de la peau, Les – Film de Renée Beaulieu

Second long métrage de fiction de Renée Beaulieu qui souhaite ici explorer « une sexualité féminine assumée, complexe et subversive ».

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2018/10/salopes_affiche.jpg

Lien YouTube : http://youtu.be/watch?v=xXNk3UntAwM

Les salopes ou le sucre naturel de la peau est un drame psychologique écrit et réalisé par Renée Beaulieu, six ans après son premier long de fiction, Le garagiste, dans lequel l’auteure souhaite faire « d’une femme et sa sexualité le sujet et non l’objet en mettant en scène une sexualité féminine assumée, complexe et subversive ». Un peu à l’image de ce que Sophie Lorain avait essayé (mais pour les ados) dans Charlotte a du fun.

Mettant en vedette Brigitte Poupart (Les affamés), Vincent Leclerc (La chute de l’empire américain), Nathalie Cavezzali (Le garagiste) et Romane Denis (Charlotte a du fun), Les salopes ou le sucre naturel de la peau a été présenté en première mondiale au TIFF et en première québécoise dans la section Focus Québec/Canada du Festival du nouveau cinéma de Montréal. Le film sort en salle le 2 novembre, et n’a sans doute pas fini de faire jaser.

Vision de la réalisatrice

Cinématographiquement au Québec, mais ailleurs dans le monde aussi, les premiers rôles sont occupés massivement par les hommes dans le cinéma commercial. La présence des femmes est, quant à elle, surtout recherchée pour leurs atouts physiques. Elles sont alors jeunes et généralement, sans enfant. Les mères au cinéma, au Québec en tout cas, ne baisent pas beaucoup à l’écran ! Et bien sûr, sinon surtout, leurs flamboyants atouts sont au service du désir et du plaisir masculin.

Avec Les salopes ou le sucre naturel de la peau, j’ai voulu faire un film qui renverserait ces stéréotypes pour mettre en scène à l’avant-plan des femmes issues d’une réalité plus près de celle que je côtoie.

Ainsi, j’ai construit mon histoire autour d’un personnage central féminin : une mère, mature, intellectuelle, érudite, indépendante financièrement et intellectuellement, attirante qui a des désirs sexuels et qui prend plaisir à la sexualité pour son propre bénéfice, pas seulement pour celui de ses partenaires.

Je croyais aussi que cela ferait du bien de parler de sexualité de femmes autrement que de façon négative et péjorative (victime, abus, pouvoir, #metoo, etc.) qui est une réalité plus souvent exposée et dénoncée, avec raison.

De plus, au fil des ans, beaucoup d’hommes cinéastes ont filmé beaucoup de femmes se faire baiser, sans grande originalité d’ailleurs, mais à quoi bon, il est vrai que les femmes sont si belles que juste les montrer et les voir suffit. Mais moi je suis une femme cinéaste et j’avais le goût de ce défi, filmer la sexualité des femmes à travers leur regard et donc, forcément, de montrer les hommes; ils sont beaux aussi, dans leur force et leur vulnérabilité, sans leur six pack sur le ventre et leurs muscles tout roulés, tout droit sortis du gym.

Vision de la réalisatrice citée dans le dossier de presse du film

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives