Gabrielle – Film de Louise Archambault

Gabrielle, second film de Louise Archamboult, est l’un des films québécois les plus attendus de l’automne. Un regard sur l’autre qui ouvre les yeux sur la tolérance et le respect de l’autre.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2013/08/gabrielle.jpg

Lien YouTube : http://youtu.be/watch?v=_ipGsgzxm5M

Affiche française du film Gabrielle (Louise Archambault, 2013)

Affiche française du film Gabrielle (©Haut et Court)
Cliquer pour agrandir

Second long métrage de fiction de Louise Archambault après Familia (2005), Gabrielle est une comédie dramatique traitant de l’histoire d’amour bien particulière vécue par Gabrielle et Martin, deux jeunes adultes handicapés intellectuel qui se rencontrent dans une chorale.

Gabrielle Marion-Rivard, comédienne non professionnelle atteinte du syndrome de Williams, incarne Gabrielle, jeune femme éprise d’amour et de liberté, dans un film voué à défendre les valeurs de tolérance et d’ouverture envers les personnes atteintes d’un handicap. Gabrielle met d’ailleurs en scène dans leur propre rôle plusieurs personnes en proie à des déficiences intellectuelles.

Le film a été en partie tourné au Centre récréatif, culturel et sportif Saint-Zotique, dans le quartier Saint-Henri à Montréal.

Après sa présentation en première mondiale à Locarno, à Angoulème puis au TIFF, le film est sorti en salles au Québec le 20 septembre. Quatre jours plus tard, on apprenait (sans grande surprise) que le film était sélectionné dans la course aux Oscar de février 2014.

Principales récompenses

  • Prix du Public au film francophone de Namur. Le Jury a aussi tenu à décerner une Mention spéciale aux comédiens Gabrielle Marion-Rivard et à Alexandre Landry.
  • Prix du Public et Prix du Meilleur Espoir du cinéma (pour Alexandre Landry) au Festival du film canadien de Dieppe
  • Prix du public au Festival international du film de Locarno
  • Prix du meilleur acteur (pour Alexandre Landry) et Prix du jury étudiant au Festival du film francophone d’Angoulême

Enfin, signalons que Gabrielle sortira en France le 16 octobre 2013 (affiche ci-dessus).

Mot de la réalisatrice

Comment est né ce projet ?

À l’origine, il y avait le désir de parler du bonheur, de celui des gens que l’on considère en marge de la société, des « invisibles » en quelque sorte, et de la force que peut leur procurer les arts comme la musique, particulièrement le chant choral. Puis, il y avait aussi cette envie de montrer une histoire d’amour entre deux jeunes adultes handicapés intellectuellement : comment ils vivent leur amour et leur sexualité, comment cet éveil amoureux provoque soudainement chez eux un besoin d’indépendance et une quête d’autonomie.

Un des éléments déclencheurs a été un reportage de l’émission Enjeux sur une famille d’accueil pour déficients intellectuels (Une famille particulière, diffusé à Radio-Canada en 2004). J’ai eu un véritable coup de coeur pour l’intervenant Jean-Martin Lefebvre-Rivest de qui je me suis inspirée pour créer le personnage de Laurent interprété par le comédien Benoit Gouin. J’ai donc approché Jean-Martin en lui parlant de mon projet de film. On s’est vus régulièrement : j’ai passé du temps dans sa résidence afin de côtoyer son quotidien et celui des déficients, puis il m’a fait connaître quelques organismes oeuvrant dans ce milieu. Entre autres, il m’a initiée à la fameuse danse du vendredi soir où deux cent adultes atteints d’un handicap se retrouvent chaque semaine – c’est d’ailleurs là où on a tourné la scène du karaoké et de la danse dans le film, avec la vraie foule d’habitués. À mon avis, une grande qualité de Jean-Martin est qu’il n’infantilise pas les personnes handicapées. Il essaie plutôt de leur donner des outils afin de développer leur potentiel et faciliter leur intégration à la société. Il tient par exemple à organiser des sorties à l’extérieur de la ville ou encore il s’assure de donner des responsabilités quotidiennes à chaque résident, ce qui aide à diminuer leurs crises et leurs angoisses. Bref, j’ai eu cette envie de partager la réalité singulière de Jean-Martin et de ses résidents.

Pendant la recherche, plusieurs personnes atteintes de déficience m’ont inspirée, tout comme l’organisme Jeunes musiciens du monde (où on a d’ailleurs tourné quelques scènes à leur école en Inde) et aussi certaines chorales à vocation sociale soutenues par diverses ONG à travers le monde. C’est aussi mes rencontres avec des musicothérapeutes et diverses personnes qui travaillent avec les déficients qui m’ont aidée à développer l’histoire et les personnages. Et puis j’avais ce souhait d’être juste, vraie. Ces témoignages m’ont beaucoup inspirée. Il restera certainement des traces de cette approche dans le développement de mon prochain film.

Propos recueillis par Michel Coulombe, disponibles dans le dossier de presse et également dans le numéro 3 volume 31 de la revue Ciné-Bulles.

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives