Joyeux calvaire – Film de Denys Arcand

Les rues de Montréal sont le théâtre de cette tragi-comédie sur l’itinérance offrant également un regard cru sur la déchéance de la société québécoise. L’un des premiers rôles marquants pour Benoît Brière.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2009/01/joyeux-calvaire_affiche.jpg
Les comédiens Benoît Brière et Gaston Lepage dans Joyeux calvaire de Denys Arcand (ils lisent une lettre d'un soldat envoyée à sa femme durant la guerre 14-18)

Benoît Brière et Gaston Lepage dans Joyeux calvaire de Denys Arcand (image extraite du film (capture VHS) – Collection filmsquebec.com – Reproduction interdite sans autorisation)

Réalisé par Denys Arcand trois ans après Love and Human Remains, Joyeux calvaire nous raconte l’histoire de l’amitié naissante entre Marcel et Joseph, deux itinérants partis à la recherche d’un ami en difficulté. À travers le portrait touchant et plein d’humour de ces deux marcheurs infatigables, philosophes et libres, Arcand pose un regard attendri sur le Montréal des laissés pour compte et dresse un portrait peu reluisant de notre société moderne. À ce titre, la ville est filmée de façon plutôt inusitée et la photographie de Guy Dufaux donne un côté à la fois irréel et étrange à la métropole québécoise.

Le scénario est signé par Claire Richard, comédienne et conjointe de Réjean Ducharme qui a oeuvré en tant que bénévole auprès des sans-abri. Le film a été tourné en partie à l’Accueil Bonneau et à la Maison Benedict Labre. Plusieurs figurants sont de véritables sans-abri.

« Je me sens bien avec ces gens-là, et je suis incapable d’en expliquer les raisons. Tous les personnages du film existent pour vrai! »
-Claire Richard

Tourné à l’origine en 16mm, Joyeux calvaire était à l’origine produit pour la télévision. Il gagna trois Prix Gémeaux en 1997 (Meilleure émission dramatique, Meilleure réalisation: émission dramatique, Meilleur texte émission dramatique (Claire Richard). Par la suite, le film a été gonflé en 35mm pour une sortie en salles.

« L’apparence physique de Montréal a beaucoup changé au cours des dernières années. La ville s’est appauvrie, les cinémas ont fermé leurs portes. C’est comme une ville bombardée, une ville dévastée. Montréal ressemble à Beyrouth. Elle a l’air d’une ville post-nucléaire. »
-Denys Arcand

Titre de la version sous-titrée en anglais : Poverty and Other Delights.

Citations Claire Richard et Denys Arcand extraites de La Presse, 30 novembre 1996, p. C2

Le comédien Jean-Claude Germain incarne le Père Noël, un être rempli de fureur et de folie, dans Joyeux calvaire de Denys Arcand

Jean-Claude Germain (le Père Noël) dans Joyeux calvaire de Denys Arcand (image extraite du film (capture VHS) – Collection filmsquebec.com – Reproduction interdite sans autorisation)

Critiques d’époque

Qu’on ne s’y méprenne pas: Joyeux calvaire est avant tout une fiction, pas un documentaire. Mais cette fiction s’inscrit dans le réel avec une telle force qu’il s’en dégage un accent de vécu et de vérité. D’un sujet qui y menait tout droit, Arcand a su aussi éviter le piège du misérabilisme. Ses personnages respirent la noblesse et la dignité. (Luc Perreault, La Presse, 30 novembre 1996, p. C2)


Arcand a réussi ici sur un sujet noir et dur à faire un film souvent très drôle qui ne cache rien de la misère humaine collée à l’itinérance, de son cortège de désespoirs, de faillites, d’amours brisées, de chômage forcé, de pulsions suicidaires sous tension, de maladies mentales, de violence, de frustrations; condensé de tous les problèmes de nos sociétés incapables d’assumer leurs failles. (Odile Tremblay, Le Devoir, 40 novembre, p. B4)

Benoît Brière et Gaston Lepage dans Joyeux calvaire de Denys Arcand (on voit le centre-ville de Montréal aux premières lueurs du jour)

Benoît Brière et Gaston Lepage – et la ville de Montréal – dans Joyeux calvaire de Denys Arcand (image extraite du film (capture VHS) – Collection filmsquebec.com – Reproduction interdite sans autorisation)

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives