Marécages – Film de Guy Édoin

Après quelques courts remarqués, Guy Édoin réalise un très beau premier long métrage qui fut présenté à Venise. Sorti durant un automne surchargé, Marécages n’eut pas le succès mérité.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2012/10/marecages.jpg

Lien YouTube : http://youtu.be/watch?v=O7BHjps4YMI

Marécages est un drame rural scénarisé et réalisé par Guy Édoin, dont c’est le premier long métrage. Avant ce film, Guy Édoin a eut droit aux honneurs de nombreux festivals pour sa trilogie de court-métrages Les Affluents, dont le dernier volet intitulé La battue a remporté le Jutra du meilleur court-métrage en 2009.

Marécages « C’est une mécanique infernale, dit Pascale Bussières. C’est très frontal, très brutal comme approche, pourtant dans un cadre d’une grande beauté. Mais c’est tellement juste, il n’y a rien d’emprunté, on voit que Guy Édoin vient de là. » Il y a de plus la relation amour-haine que son personnage entretient avec son fils – « qui a bon dos»  dit-elle. « Il n’aime pas trop le travail physique, il préfère être dans sa tête, il est super renfermé », explique Gabriel Maillé, qui incarne Simon.1

Fait rare dans le cinéma québécois récent, Marécages a été sélectionné lors de la Semaine de la critique de la Mostra de Venise où il était en lice pour 2 prix : celui du meilleur premier film présenté dans l’une des sections du festival (prix de 100 000 dollars US) et aussi le KINO Audience Award – International Film Critics’ Week, qui consiste en un prix de 3 000 Euros.

Au Canada, Marécages a eu droit à sa première nationale lors du Festival international du film de Toronto (TIFF) et, plus proche de nous, la première québécoise eut lieu à Québec lors de la toute première édition du Festival du Cinéma de la Ville de Québec (FVCQ).

Pascale Bussières dans Marécages de Guy Édoin

Pascale Bussières dans Marécages de Guy Édoin (Photo: Philippe Bossé)

Cette reconnaissance eut des retombées jusque chez nous puisque le film remporta un succès d’estime appréciable au box office, largement soutenu par une critique acquise à sa cause. À preuve, l’excellent texte d’Appoline Caron-Ottavi, de la Revue 24 Images, dont voici un extrait ci-dessous :

[…] Guy Édoin se concentre sur la détérioration des rapports familiaux, la relation sans perspective de Marie avec un amant local, et sur la personnalité ambiguë et inquiétante de Simon, qui semble prêt à tout pour faire du profit […]. Le cinéaste isole de plus en plus chacun de ses personnages dans leur silence, tout en les maintenant dans une proximité physique malsaine : les corps sont toujours brusqués les uns contre les autres, sans même avoir le temps d’ouvrir la bouche. La très belle scène de la fête foraine, où Marie s’échappe – enfin seule – du parterre prosaïque en décollant dans un manège, témoigne du fait que l’échappatoire n’est qu’une illusion, un fantasme. Et c’est dans le personnage de Simon, à la fois victime et bourreau du monde qui l’a créé, que le film trouve toute sa violence, et une noirceur sans appel. […]

Toutefois, il est à déplorer que le jury de sélection des films nommés pour les prix Jutra 2012 ne l’ait placé que dans une seule catégorie (meilleur son). La dureté du récit et la touble proposition d’Édoin a sans doute rebuté plus d’un sélectionneur. Malgré cela, Marécages est une oeuvre forte et belle qui aborde de front plusieurs thèmes rarement montrés dans notre cinématographie, notamment celui de la détresse dans laquelle se trouve certains fermiers et éleveurs québécois.

Référence : 1 : Tournage de Marécages : une histoire de terre et de sang - Chantal Guy - La Presse - 3 août 2010

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives