Neuvaine, La – Film de Bernard Émond

Dans La Neuvaine, de Bernard Émond, Jeanne, ébranlée par le meurtre atroce de sa protégée et de son bébé, trouve que la vie n’a plus aucun sens. Elle fait alors la rencontre d’un autre désespéré.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2013/02/neuvaine_DVD.jpg

Lien YouTube : http://youtu.be/watch?v=iTViv8-mHaI

La neuvaine est le premier volet d’une trilogie réalisée par Bernard Émond, l’un des réalisateurs québécois les plus atypiques. Émond inaugure la trilogie qu’il consacre aux trois vertus théologales : la foi, l’espérance et la charité. Le second volet, Contre toute espérance, est sorti en 2007 et le dernier volet, La Donation, en 2009.

Pour La Neuvaine, Émond explique « Jeanne, qui a été ébranlée par le meurtre atroce de sa protégée et de son bébé, trouve que la vie n’a plus aucun sens. Elle rencontre François, un jeune homme hors du temps qui trouve dans la foi réponse à toutes ses questions. Mais il n’y a ni miracle ni conversion dans le film et ce n’est pas la foi de François qui va ramener Jeanne à la vie : c’est sa simplicité et sa bonté. »

Le scénario du film a été édité aux Éditions Les 400 coups (code ISBN : 9782895403500).

Parmi la très nombreuse collection de récompenses reçues, signalons :

  • Festival international du film de Locarno
  • Prix Léopard pour la meilleure interprétation masculine décerné à Patrick Drolet
  • Prix oecuménique
  • Prix « L’Environnement c’est la qualité de vie » jury des jeunes
  • Festival de Baie Comeau : Prix Outarde du meilleur film québécois
  • Festival international du cinéma francophone en Acadie : Prix La Vague Meilleur long métrage canadien
  • Rendez-vous du cinéma québécois
  • Prix Meilleur long métrage de l’Association québécoise des critiques de cinéma
  • Prix du public Coup de coeur Super Écran
  • Classé parmi les 10 meilleurs films canadiens de l’année 2005 par l’industrie canadienne
  • Commonwealth Film Festival, Manchester, Angleterre : Prix du meilleur long métrage fiction

Notes du réalisateur

Je vais de plus en plus vers des thèmes philosophiques ou, disons plus simplement, vers un questionnement sur le sens de l’existence, un questionnement autour de Dieu que vous retrouverez à la fin de La Femme qui boit et dans 20 h 17 rue Darling. Aussi, j’ai l’impression d’être dans une culture qui s’autodétruit. Je suis de la dernière génération dont l’éducation créait des liens avec les grandes cultures européennes, avec une culture millénaire qui donnait des réponses aux questions fondamentales de l’existence. Deux générations plus tard, au Québec, ça a pratiquement disparu. Nous vivons dans un monde qui a perdu ses repères. C’est ce qu’analyse Pasolini dans ses derniers textes Les Écrits corsaires et Les Lettres luthériennes. En Italie, comme au Québec la culture paysanne et catholique a disparu pour laisser place à une culture de masse hédoniste et individualiste.

Notes issues du dossier de presse

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives