Rafales – Film d’André Melançon

Drame de Melançon, ce Rafales relate la chasse au scoop d’un journaliste suivant un criminel. Tour à tour chat et souris, les deux hommes se traquent, s’observent et s’affrontent.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2013/06/rafales.jpg

Lien YouTube : http://youtu.be/watch?v=Qq1rIFe_QuU

Rafales (titre de la version en anglais: Blizzard) est un thriller québécois réalisé par le vétéran André Melançon, connu du public pour avoir mis en scène les films pour enfants Bach et Bottine et La Guerre des tuques. Ici, il aborde un thème radicalement différent et très peu exploré dans la cinéma québécois (en dehors du fameux Parlez-nous d’amour de Jean-Claude Lord): celui des médias et plus particulièrement de leur propension à faire feu de tout bois afin d’augmenter leurs cotes d’écoute. N’hésitant pas à capitaliser sur la détresse humaine pour en faire un show profitable, ils sont montrés ici comme des rapaces suivant sans relâche leur proie afin d’obtenir l’information la plus sensationnelle possible.

C’est l’histoire d’un accident de parcours, un meurtre dans la vie d’un homme, qui le fait passer au cours d’une journée de huit heures de l’enfance à la mort. La tempête, c’est le flou. Quand il souffle des rafales, il faut s’approcher des choses pour voir plus clair. (André Melançon en entrevue au Devoir, 26 février 1990)

À noter que le film est dédié à John Cassavetes (1929-1989).

Récompenses:

Prix d’interprétation masculine à Marcel Lebeouf lors du Festival des films du monde, Montréal, 1990

Critique d’époque

On voit bien pour qui un tel film est fait, pour le plus large public possible, mais ce que l’on devine moins c’est le « pourquoi » d’un tel film. André Melançon, qui a mené avec talent un cinéma de l’enfance, laisse de côté cet acquis de documentaliste qui aurait pu lui servir en abordant le seul thème potentiellement intéressant de Rafales le fonctionnement d’un media event. Dans le studio de radio où le bandit va prendre en otage le journaliste, qui lui aussi en quelque sorte prend le bandit en otage pour mousser son émission, Melançon arrive mal à faire le focus sur l’un ou l’autre des deux personnages et le film (comme le regard jeté sur le sujet) demeure d’une superficialité déconcertante. (Odile Tremblay, Le Devoir, 1 septembre 1990, p. A-8)

« Rafales nous permet de découvrir un nouveau Melançon. Il nous propose une histoire d’adulte maîtrisée, fort adroitement orchestrée. »
-Franco Nuovo, Journal de Montréal

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives