Une jeune fille – Film de Catherine Martin

Trois ans après le superbe Trois temps après la mort d’Anna, Catherine Martin nous revient avec ce drame intimiste et contemplatif d’une lumineuse beauté.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2013/09/une-jeune-fille.jpg

Lien YouTube : http://youtu.be/watch?v=1Gl2HbpZATg

Une jeune fille est le quatrième long métrage de fiction réalisé par Catherine Martin. Dans ce drame psychologique écrit et réalisé par l’auteure de Trois temps après la mort d’Anna, Chantal, une adolescente en détresse, quitte le foyer familial et s’enfuit en région. Incarnée par Ariane Legault (Pour l’amour de Dieu), la jeune fille est recueillie par Serge, un agriculteur attaché à sa terre (Sébastien Ricard, Avant que mon coeur bascule).

Produit par le cinéaste François Delisle (Le météore) avec un budget et une équipe réduite, Une jeune fille aborde les thèmes de la solitude, de la fraternité et la bienveillance. Mettant en valeur les relations avec autrui le film illustre également le rapport qu’un agriculteur entretient avec sa terre, dans le contexte d’une région éloignée.

Présenté en première mondiale au Toronto international film festival, Une jeune fille est en compétition au Festival de cinéma de la ville de Québec. Le film devrait prendre l’affiche au Québec en octobre, en français et dans sa version sous-titrée anglais intitulée A Journey.

Mot de la réalisatrice

Une jeune fille est le récit d’un apprivoisement entre une adolescente et un homme dans la trentaine. Ces deux êtres solitaires réalisent peu à peu qu’ils ont besoin l’un de l’autre. C’est un film sur la nécessité d’entrer en contact réel et vrai avec autrui. Le rapprochement entre Chantal et Serge est pudique. Leur relation n’est ni charnelle, ni amoureuse ; c’est quelque chose d’autre et c’est ce quelque chose d’autre que j’ai voulu montrer par ce film : un attachement qui est à la fois de l’ordre de la fraternité humaine et du sacré. On y retrouve les thèmes et les préoccupations qui sont au centre de mon oeuvre cinématographique : la solitude, l’attention au monde et à sa beauté, la disparition des choses, l’attachement au territoire, la transmission entre générations, le lien avec le passé, la bienveillance, la solidarité humaine et, comme dans tous mes films de fiction, la rencontre entre deux êtres, deux âmes faites « l’une pour l’autre ».

La lumière d’automne et les paysages gaspésiens de mer et de terre scandent le film. L’appel du lieu, quelque chose de l’ordre du mystère détermine le parcours de Chantal. C’est ce qui la mène à la rencontre de Serge et à la découverte du lieu où elle pourrait vivre une vie nouvelle. Cette jeune fille s’ouvre au monde et en ressent confusément la puissance sourde.

Nous avons besoin plus que jamais de nous rappeler l’importance de la beauté, celle qui nous aide à vivre. Nous avons soif de quelque chose de plus grand que nous, qui nous élève et nous dépasse. Nous avons le désir de revenir à l’enchantement du monde. Je fais du cinéma pour tenter de redonner un peu de ce ravissement qui me saisit parfois devant l’art ou la nature. Les sensations profondes qui nous remuent, que l’on ne s’explique pas, ce mystère qui nous rend si vivants, si présents au monde, il nous est nécessaire. Pour que ça continue.

Dans ce film, les êtres que j’ai mis en scène ne se doutent de rien, mais ils sont là, au centre de cet enchantement et prêts à le recevoir. Parce qu’ils sont seuls. Parce qu’ils sont ensemble.

Source: dossier de presse

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives