Age des ténèbres, L’ – Film de Denys Arcand

Retour du cinéaste Denys Arcand derrière la caméra après l’énorme succès des Invasions barbares. Arcand est toujours aussi mordant, mais cette fois, le ton est nettement plus caustique.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2013/01/age_des_tenebres.jpg

L’Âge des ténèbres est à voir comme le troisième volet de la trilogie de Denys Arcand, commencée avec Le Déclin de l’empire américain (1986) et poursuivie par Les Invasions barbares (2003). Présenté à Cannes en mai 2007, alors que tout le monde l’attendait au tournant, le film a suscité assez peu de commentaires de la part de la critique, une sorte de respect silencieux si l’on veut.

La sortie commerciale qui s’en suivit en France eut donc droit aux mêmes égards et la mise en marché québécoise connut quelques hoquets. L’Âge des ténèbres est placé sur un ton plus léger que les précédents scénarios, mais qui à mon avis n’en reste pas moins un bel exemple de causticité retrouvée.

Loin d’avoir fait l’unanimité, L’Âge des ténèbres, dernier long-métrage à ce jour de Denys Arcand, a néanmoins cette immense qualité d’être unique en son genre et d’être l’un des très rares films pamphlétaires que le Québec ait produit durant ces dix ou quinze dernières années.

Tombé en désuétude au profit d’une production consentuelle et proprette, ce genre cinématographique qui a eu de belles heures dans les années 70, propose une vision de nous-mêmes tout autre que celle qui occupe habituellement nos petits ou grands écrans.

Comme tout pamphlet qui se respecte, le ton de L’Âge des ténèbres est acerbe, l’addition est salée et la note parfois pas très juste. Mais, comme le mentionnait Élie Castiel dans une analyse parue dans le numéro 251 de Séquences, « ici, les temps nouveaux ont créé un individu robot qui trouve refuge dans les fantasmes ou l’imaginaire pour mieux contrecarrer le cynisme social ambiant. Le sexe et la réussite sont la réponse aux mots qui assaillent l’individu moderne. … Message sans réponse d’un Denys Arcand jouissivement provocateur, se moquant éperdument des qu’en-dira-t-on ou des modes, volontairement iconoclaste tant dans la forme, la continuité du récit, les raccords, le rythme et la mise en situation. »

À noter que le scénario du film est disponible aux Éditions Le Boréal.

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives