Chien Blanc – Film de Anaïs Barbeau-Lavalette

Pour son quatrième long métrage, la réalisatrice de La déesse des mouches à feu adapte l’oeuvre éponyme de Romain Gary.

https://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/chien-blanc_anais-barbeau-lavalette_affiche.jpg

Chien Blanc est un drame réalisé par Anaïs Barbeau-Lavalette (Inch’Allah) adapté du roman éponyme de l’écrivain français Romain Gary, publié en 1968 dans Life Magazine, puis, deux ans plus tard, aux Éditions Gallimard. Chien Blanc est le quatrième long métrage de la réalisatrice.

Cette histoire de rédemption impossible d’un chien xénophobe remonte à une idée que le cinéaste américain Samuel Fuller avait mise en scène en 1959 dans un moyen métrage intitulé Dog Face. On y suivait un groupe de fantassins lancé aux trousses d’un chien dressé par les nazis pour débusquer les alliés dans le désert d’Afrique du Nord. Quelques années plus tard, Fuller raconte ce souvenir de guerre à Gary qui s’en sert comme prémisse au roman que l’on connaît aujourd’hui.

Quarante ans après que Fuller lui-même ait donné une version très simplifiée de l’histoire (White Dog ou Dressé pour tuer, 1982), Anaïs Barbeau-Lavalette et sa coscénariste Valérie Beaugrand-Champagne – consultante sur La déesse des mouches à feu -, s’attaquent à leur tour à cette oeuvre phare de la littérature française. En intégrant les destins entrecroisés de la bête et du couple Romain Gary-Jean Seberg sur fonds de tensions raciales et de répression policière, leur approche s’avère à la fois plus politique et plus intime que la démarche de Fuller. Plus en phase avec le roman aussi.

Présenté en première lors de la soirée d’ouverture du Festival Cinemania, Chien Blanc sort en salle le 9 novembre 2022.

Mot de la réalisatrice

Il y a quelques années, j’ai perdu une grand-mère que je ne connaissais pas. Elle avait abandonné ma mère alors que celle-ci avait quatre ans. En allant vider son appartement, en quête de liens identitaires, j’ai avidement cherché des indices de la femme qu’elle avait été. Que m’avait-elle légué?

Après quelques heures, j’ai appris que ma grand-mère maternelle avait habité New-York et qu’elle avait été liée à la lutte des Afro-américains, vers la fin des années 60. J’ai écrit un roman sur elle, inspirée par sa trajectoire atypique (La Femme qui fuit).

J’ai moi-même habité et lutté auprès des Palestiniens. Ma mère a habité et lutté auprès des peuples Autochtones du Canada. Ma grand-mère a habité et lutté auprès des Afro-américains – elle a d’ailleurs sans doute côtoyé Jean Seberg -…

Ici se trouvait le legs, dans ce désir ardent de rencontrer l’Autre, de s’y mêler et d’embrasser ses batailles. Avec en ligne de mire cette éternelle question : à quel point un conflit; une guerre; une douleur; – qui ne nous appartient pas – peut-elle devenir la nôtre? Est-ce même possible? Est-ce même souhaitable…?

Mot de la réalisatrice extrait du dossier de presse de Chien Blanc fourni par Sphère Films

Résumé

En 1968 par un soir d'orage, Romain Gary, Consul général de France à Los Angeles, recueille un superbe berger allemand égaré. Pour faire plaisir à son fils Diego, il garde l'animal, en apparence docile. Mais, quelques jours plus tard, alors qu'un jeune afro-américain qu'il a pris sous son aile lui rend visite, la bête se met dans une rage folle. Pas de doute possible, c'est un "White Dog", un chien dressé par les Blancs dans le Sud des États-Unis pour attaquer les Noirs. Jean, actrice engagée dans la lutte pour les droits civiques des afro-américains et femme de Gary, exige qu'on tue la bête. Mais son mari tient à ce qu'il soit réhabilité. Il en fait un combat personnel. L'animal est donc confié à Keys, un dresseur afro-américain.

©Charles-Henri Ramond

Distribution

Denis Ménochet (Romain Gary), Kacey Rohl (Jean Seberg), K.C Collins (Keys), Jhaleil Swaby (Ballard Jones), Peter Bryant (Red), Chip Chuipka (Jack Carruthers), Laurent Lemaire (Diego), Véronique Verhoeven (Célia), Michaëna Benoit (Jamie), Pascal Tshilambo (Karim), Melissa Toussaint (Nicole), Sara Montpetit (copine de Ballard), Bowie et Zuko (Chien Blanc)

Fiche technique

Genre: drame - Origine: Québec, 2021 - Durée: 1h35 - Langue V.O.: Anglais, Français - Visa: Général - Première: 2 novembre 2022, Festival Cinemania - Sortie en salles: 9 novembre 2022 sur 26 écrans au Québec - Tournage: printemps 2021, à Montréal et Vancouver - Budget approximatif: 10 - 12 M$

Réalisation: Anaïs Barbeau-Lavalette - Scénario: Anaïs Barbeau-Lavalette, Valérie Beaugrand-Champagne - Consultants: Maryse Legagneur, Will Prosper - Production: Nicole Robert - Producteur exécutif: Bruno Dubé - Productrice associée: Anaïs Barbeau-Lavalette - Producteurs délégués: Philippe Montel, Marie-Claire Lalonde - Société de production: GO Films avec la participation financière de Téléfilm Canada, SODEC, Le Fonds Harold Greenberg, Creative BC, crédits d'impôts fédéraux et provinciaux - Distribution: Sphère Films

Équipe technique - Coiffures: Martin Lapointe - Costumes: Sophie Lefebvre - Conception artistique: Emmanuel Fréchette - Distribution des rôles: Catherine Didelot - Maquillages: Kathryn Casault - Montage images: Richard Comeau – Musique: Mathieu Charbonneau, Ralph Joseph « Waahli », Christophe Lamarche Ledoux, Maxime Veilleux - Photographie: Jonathan Decoste - Son: Claude La Haye, Pablo Villegas, Sylvain Bellemare, Stéphane Bergeron, Bernard Gariépy Strobl

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives