Fantastica – Film de Gilles Carle

La vedette d’une comédie musicale tombe amoureuse d’un militant écologiste. Fantastica de Gilles Carle est une oeuvre originale qui n’a pas eu le succès qu’elle méritait.

http://www.filmsquebec.com/wp-content/uploads/2013/01/fantastica_carle.jpg
Carole Laure dans Fantastica de Gilles Carle (source: INA)

Carole Laure dans Fantastica de Gilles Carle (source: INA)

Fantastica est une comédie musicale réalisée par Gilles Carle, un an avant le grand succès populaire Les Plouffe. Fantastica, coûteuse coproduction Québec-France, n’a pas laissé de souvenirs impérissables dans les mémoires, en dehors d’avoir fait l’ouverture du Festival de Cannes en 1980.

À l’époque de sa sortie le film avait eu bien du mal à faire passer son discours écologique (une première dans le cinéma québécois) dilué dans l’univers onirique et chanté propre à la comédie musicale. Gilles Carle s’en expliquait au critique Léo Bonneville dans la Revue Séquences [1].

Léo Bonneville – Avec Fantastica, comptiez-vous faire un film musical ou une oeuvre de réflexion?

Gilles Carle – Je ne vois pas de contradiction entre les deux. La musique peut réfléchir, ou faire réfléchir.

LB – Alors que vient faire l’élément écologique? Est-ce pour étoffer le scénario?

GC – C’est un élément qui permet d’unir tous les autres. Ce n’est d’ailleurs pas un élément qui se donne pour vrai, pas plus que les spectacles musicaux, en tout cas. Au bout de l’écologie, ou au fin fond quelque part, il y a la nostalgie du paradis terrestre; je parle plutôt de cela que d’écologie même. Je ne développe aucun grand thème écologique, ni dans le film lui-même ni dans le personnage d’Euclide; celui-ci fait moins une bataille en faveur de la protection de la nature qu’un combat pour protéger son petit paradis personnel. Il a la nostalgie de tout; des fleurs, du soleil, de sa femme, des cultures indiennes, de l’eau pure, etc. Le malheur c’est que, dans une comédie musicale, les personnages ont plutôt tendance à devenir des images que de vrais personnages. Je dis le malheur, mais c’est peut-être un bonheur: le personnage s’exprime autant par ses gestes, la couleur de sa chemise et sa coiffure, que par des mots profonds. Voilà une des caractéristiques de la comédie musicale – ou de l’opéra (si on aborde les héros d’opéra avec l’intention de leur arracher des mots ou des réflexions profondes, on risque de revenir avec l’idée que ce sont tous de parfaits imbéciles). Dans Fantastica – dans L’Ange et la femme aussi – j’ai voulu faire de la fiction «rêvée», sans m’embarrasser de développer mes thèmes d’une manière approfondie ou tout simplment logique. Est-ce que les rêves sont logiques?

Fantastica a reçu le Prix Génie 1981 des meilleurs costumes en plus d’avoir été nommé pour les prix du meilleur acteur, de la meilleure direction artistique et de la meilleure photographie.

Sur le marché français, où Carole Laure est une actrice aimée et reconnue, on peut dire que sans avoir le succès des “blockbusters” que furent La mort d’un bûcheron ou Les mâles, Fantastica s’en est tout de même pas trop mal tiré. Malgré un maigre circuit de salles, le film a réussi à attirer 50 854 spectateurs à Paris en cinq semaines d’exclusivité.


Dans un document promotionnel établi par Éléphant, la mémoire du cinéma québécois à l’occasion du Festival de Cannes 2014, il est expliqué que : Fantastica de Gilles Carle (1980) a vraiment été sauvé in extremis. Tout avait été perdu sauf une copie positive 35 mm qui avait été entreposée chez Iron Mountain à Toronto, il y a plusieurs années. Les frais d’entreposage n’ayant pas été acquittés (la compagnie de production ayant fermé depuis) la copie allait être envoyée à l’enfouissement dans un dépotoir, la semaine où nous l’avons finalement retracée. Nous avons acquitté les sommes dues et avons numérisé et restauré le film à partir de cette copie positive en assez mauvais état.

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives