Top 5 québécois de 2016

Liste des longs métrages québécois documentaires et de fiction qui auront donné quelques couleurs à cette morose année 2016.

La liste de nos coups de cœur de 2016 ne déroge pas de celles des années précédentes en mettant en avant des productions indépendantes, formellement audacieuses, qui auront été les rares étincelles d’une année plus que morose tant sur le plan des résultats au box-office que sur celui de la qualité.

Présentés pour la première fois à Cannes, à Venise, aux RVCQ et au FNC (qui a confirmé son statut de rampe de lancement par excellence pour le cinéma de chez nous), ces films ont réussi à retenir l’attention momentanément, mais ont éprouvé toutes les peines du monde à séduire un plus large public à l’occasion de leur (brève) exploitation commerciale… un peu comme si en dehors du côté événementiel, point de salut pour ces « petites » oeuvres d’auteurs.

Voici donc nos neuf suggestions de longs métrages documentaire et de fiction 2016, que vous aurez sans doute l’occasion de découvrir ou de revoir sur grand écran lors des prochains RVCQ (22 février – 4 mars 2017).

5 – Déserts de Charles-André Coderre et Yann-Manuel Hernandez

Image de l'actrice Victoria Diamond dans le film Déserts de Charles-André Coderre et Yann-Manuel Hernandez

Victoria Diamond dans le film Déserts de Charles-André Coderre et Yann-Manuel Hernandez

✰✰✰ – Beau travail sur les images et le son, volonté assumée de ne pas « écrire » une histoire, mais de laisser quelques pistes pour que le spectateur fasse sa part. Un premier long prometteur.

Infos et bande-annonceCritique

4 – Two Lovers and a Bear de Kim Nguyen

Image de Tatiana Maslany dans Two Lovers and a Bear (Crédit Max Films)

Tatiana Maslany dans Two Lovers and a Bear (Crédit Max Films)

✰✰✰ – Converti à l’abstraction, ce sixième long métrage de Kim Nguyen accompagne ses comédiens vers une finale indubitable, presque naturelle, offrant au spectateur une poignante illustration de la chimie fusionnelle unissant à jamais ce les amants sacrifiés. Sans doute l’un des meilleurs Nguyen à ce jour avec Rebelle.

Infos et bande-annonceCritique

3 – Le rang du lion de Stéphan Beaudoin

Image extraite du film Le rang du lion (Stéphan Beaudoin, 2015)

Image extraite du film Le rang du lion (Stéphan Beaudoin, 2015)

✰✰✰½ – Regard ambigu sur une torture psychologique, le film aborde à la fois le manque de repères de la jeunesse tout en lui servant une mise en garde sentie contre les leaders de pensée. Un sujet plus que jamais actuel et un premier long métrage qui demande confirmation.

Infos et bande-annonceCritique

2 – Avant les rues de Chloé Leriche

Image extraite du film Avant les rues de Chloé Leriche (©Les Films de l'autre)

Extrait Avant les rues de Chloé Leriche (©Les Films de l’autre)

✰✰✰½ – À la croisée des chemins de l’expérience de la cinéaste en matière de fiction et de son travail avec le Wapikoni Mobile, Avant les rues est une belle histoire de rédemption et de pardon. Voici un premier long métrage effervescent et généreux.

Infos et bande-annonceCritique

1 – Prank de Vincent Biron

Image du comédien Étienne Galloy riant toutes broches au vent dans le film Prankl! de Vincent Biron

Étienne Galloy et ses broches dans le film Prankl! de Vincent Biron

✰✰✰½ – Quatre amis, une Porsche jaune, un pénis de 6 pieds et des jokes plates. C’est pipi-caca, littéralement, c’est grossier et vulgaire aussi. Mais derrière sa crasse de surface, ce premier long s’offre comme une vision tendre de la jeunesse, un peu badass, un peu désœuvrée, en tout cas en gros manque d’amour. On n’avait pas vu une telle fraîcheur et une telle justesse de ton pour dépeindre l’adolescence au cinéma depuis 2008 avec l’indispensable À l’ouest de Pluton d’Henry Bernadet et Myriam Verreault.

Infos et bande-annonceCritique

Nos documentaires québécois préférés

Dure année pour la trentaine de documentaires québécois sortis en salle. Et encore, heureusement que la Cinémathèque était là pour leur donner une petite visibilité. Les plaies laissées après l’arrêt des opérations du Cinéma Excentris en novembre 2015 seront longues à cicatriser. Voici nos choix de l’année :

  • Manoir de Pierre-Luc Latulippe et Martin Fournier – ✰✰✰✰ – Thèmes : isolement, pauvreté – Une rare vision du réel fabriquée dans la connivence et le long terme qui parvient à transcender son sujet en l’installant sur une esthétique fictionnelle résolument à l’écart de la norme documentaire.
  • Parfaites de Jérémie Battaglia – ✰✰✰✰ – Thèmes : sport, dépassement de soi – En choisissant de ne pas utiliser comme source d’apitoiement une compétition qui n’a pas apporté les résultats espérés, le scénario se dérobe de toute tentative de dramatisation alors que tout était en place pour tomber dans le piège.
  • Callshop Istanbul de Hind Benchekroun et Sami Mermer – ✰✰✰✰ – Thèmes : Turquie, migrants – Entre le désir de fuir et la volonté de rentrer au pays, les SOS de ces exilés nous interpellent. Callshop Istanbul, œuvre humaniste s’il en est une, offre une représentation de notre monde dont on ne se défait pas si facilement.
  • Waseskun de Steve Party – ✰✰✰½ – Thèmes : enfermement, Premières Nations – travail important de documentariste qui va au-delà de son message optimiste pour nous renseigner sur la face cachée de la détresse vécue par les autochtones et décoder nombre de causes profondes de leur criminalité.

Contenus similaires

Qui sommes-nous ?

Né en décembre 2008, Films du Québec est un site d'information indépendant, entièrement dédié au cinéma québécois de fiction. Films du Québec contient les fiches détaillées des films québécois, des actualités, des critiques et des bandes annonces et bien plus.
Création et administration : Charles-Henri Ramond, membre de l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Catégories

Archives